Disparitions forcées  
Introduction
Ab-Ak
Al-Ar
As-Az
Ba-Bel
Ben-Bez
Bi-Boug
Bouh-Bouou
Bour-Br
C
D
E
F
G
H
I
J-K
L
M
N
O
R
S
T
Y
Z
 
 

Nom : Chihoub

Prénom : Djamel

Date de naissance (ou âge)  : 8 janvier 1977

Etat-civil   : Célibataire

Nombre d'enfants :

Profession : Chômeur

Adresse : Baraki (Alger).

Date de l'arrestation : 16 mai 1996

Heure : 23h 30

Lieu de l'arrestation : Domicile

Agents responsables de l'arrestation : Militaires

Résumé des faits : Citoyen âgé de 19 ans, célibataire, chômeur, demeurant à Baraki (Alger), a été arrêté à son domicile le 16 mai 1996 à 23h 30 par des militaires qui cherchaient son frère Saïd qui aurait «rejoint le maquis ». Ces militaires étaient accompagnés du milicien K. D., connu dans la région. Les militaires, en arrêtant Djamel, voulaient exercer un chantage sur la famille en déclarant au père : «lorsque Saïd se livrera, nous libérerons Djamel». Il n'a plus été revu depuis. Il aurait été transféré à la caserne de Beni Messous. Ce jour-là plusieurs personnes avaient été arrêtées lors d'un ratissage dans le quartier, Mourad Kimouche et Mohamed Grioua. Saïd Chihoub qui aurait «rejoint le maquis » sera tué un mois plus tard par les militaires «dans un accrochage » selon la version officielle. Son corps sera identifié par ses parents. Son frère Mourad, 16 ans, sera enlevé à son tour le 12 novembre 1996 et disparaîtra à son tour.

Lieu (x) où la personne disparue a été localisée éventuellement :

  • Caserne du DRS de Baraki
  • Poste de commandement opérationnel de Chateauneuf
  • CPMI (Centre principal militaire d’investigation) de Ben Aknoun
  • Caserne de la Sécurité militaire de Beni Messous.

Démarches entreprises par la famille :

  • Plainte déposée le 5 août 1996 au niveau du tribunal d'El Harrach, enquête sans résultat.
  • Lettres diverses aux autorités.

Observations :

  • La famille est interrogée par la gendarmerie de Baraki suite à la plainte déposée au tribunal.
  • Son frère Saïd est tué par les services de sécurité et l'autre frère Mourad est enlevé le 12 novembre 1996 par des militaires et disparaît à son tour.

Témoignage de la famille   :

 
Version imprimable

Décision du Comité des droits de l'homme dans l'affaire de Djamel et Mourad Chihoub

L’ombre portée de la sinistre époque des ratissages: Disparitions forcées de Djamel Chihoub, Mohamed Grioua et Mourad Kimouche (AW, 06.07.15)

TRIAL obtient la condamnation de l’Algérie par le Comité des droits de l’homme de l’ONU dans deux nouvelles affaires de disparitions forcées (TRIAL, 15.02.12)

 
www.algeria-watch.org