LE CHEF DU GOUVERNEMENT A LA 4e SESSION DE L'UNPA

Benflis s’en prend aux détracteurs de l’ANP

Le Soir d'Algerie, 27 décembre 2002

Pour sa première sortie médiatique après le dossier publié dans les colonnes du quotidien français Libération à propos de l’assassinat des moines de Tibehirine, le chef du gouvernement s’en prend aux partisans du 'qui-tue-qui ?' et défend l’honneur, l’abnégation et le travail des forces de sécurité dans la lutte antiterroriste, avec comme chef de file les locataires des Tagarins.
Samar Smati - Alger (Le Soir) - Profitant de la tribune offerte lors de la 4e session de l’Union nationale des paysans algériens, jeudi dernier, Ali Benflis a répondu à tous ceux qui croient encore à la thèse du "quitue- qui ?" ainsi qu’aux détracteurs de l’ANP. "Notre pays vient de franchir une nouvelle étape dans la stabilité institutionnelle en organisant les élections législatives et locales, en installant les assemblées élues démocratiquement au niveau national et local. C’est ce même moment qu’ont choisi ceux qui s’en prennent à notre peuple pour renouveler leurs tentatives désespérées d’avilir les institutions de la nation algérienne. Et cela en semant le doute de nouveau ces derniers jours sur le rôle joué par l’Armée nationale populaire pendant la crise qu’a traversée l’Algérie". Ali Benflis prendra à témoin les paysans réunis dans la salle, eux qui ont "vécu et souffert de cette page noire de l’histoire du pays, dans les villages et les campagnes". "Vous connaissez la réalité des faits et vous savez que vous avez trouvé dans l’ANP et les différents corps de sécurité, le front solide et la résistance qui ont empêché le fléau de l’extrémisme, de l’obscurantisme et de la criminalité dans notre pays", leur lancera Ali Benflis. En outre, le chef du gouvernement en profitera pour remettre d’une certaine manière les pendules à l’heure vis-à-vis de ceux qui véhiculent ces idées. "Qu’ils sachent bien que leurs assertions trompeuses et leurs basses manœuvres n’affaibliront nullement notre volonté et ne disperseront aucunement nos rangs. Qu’ils sachent également que le peuple algérien a pris le chemin de la modernité et du progrès avec une détermination sans faille. N’en déplaise aux détracteurs". En l’espace de moins d’un mois, le chef du gouvernement aura répondu deux fois à l’invitation de l’Union nationale des paysans algériens. La première a eu lieu pour le 28e anniversaire de l’organisation, la seconde, celle de ce week-end, a pour cadre l’ouverture de sa 4e session et autour de laquelle s’articule l’avantprojet de loi complétant et modifiant la loi 87-19 sur le mode de gestion des terres agricoles relevant du domaine privé de l’Etat. Ali Benflis assurera les paysans que "les terres agricoles resteront la propriété de l’Etat". Une décision qualifiée "d’irrévocable" prise "au niveau politique". Le chef du gouvernement rappellera les vertus du dialogue et exhortera le ministère de l’Agriculture et l’UNPA à plus de concertations et d’échanges concernant ce dossier. Le chef du gouvernement se démarquera même de son ministre en affirmant que "le projet de texte est encore en maturation, en discussion" et qu’il n’y a pas "de texte définitif". Ce qui explique pourquoi "il n’est pas encore sur la table du gouvernement". Il revient au ministère de tutelle ainsi qu’aux différents partenaires de le "faire évoluer". Des déclarations et un engagement que l’UNPA attendait avec impatience de la part du chef du gouvernement. Dans son discours d’ouverture, Mohamed Alioui, secrétaire général de l‘union, a une nouvelle fois exprimé les positions de son organisation quant à ce texte. A savoir, "oui pour les concessions, non pour les sociétés civiles" en précisant bien que "si la loi 87-19 est réellement appliquée avec toutes les mesures nécessaires, elle sera efficace". M. Alioui s’en prendra par ailleurs au ministère de tutelle qu’il accuse d’avoir ignoré les vertus de la concertation et occulté l’organisation dans la préparation et l’élaboration du texte proposé par Saïd Barkat.
S. S.

 

Retour

algeria-watch en francais 

 

 

 

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org