Anadarko: 18% des investissements hors USA orientés vers l’Algérie

Groupe pétrolier américain Anadarko

18% des investissements hors USA orientés vers l’Algérie

El Watan, 29 février 2012

L’Algérie est classée en seconde position en termes de montants investis par Anadarko, mais elle ne participe que pour 8,4% dans la production mondiale d’hydrocarbures d’Anadarko.

Le groupe pétrolier américain Anadarko semble réussir une assez bonne opération en Algérie, qui se classe parmi les plus gros récipiendaires des engagements de la firme en dehors des Etats-Unis. Les chiffres publiés par le groupe au titre des résultats du 4e trimestre de l’exercice 2011 et reprise par Pétrole et Gaz arabes démontrent qu’au cours de cette période, les investissements du major pétrolier représentaient 18,8% des 313 millions de dollars d’engagements en dehors des USA.
Ils se sont ainsi établis à 59 millions de dollars, classant l’Algérie à la seconde position en termes de montants investis par Anadarko, derrière l’Afrique de l’Ouest qui a reçu 115 millions de dollars et devant le Brésil et la Chine.

Un projet de 4,5 milliards de dollars

D’ailleurs le projet d’El Merk que la firme américaine développe en association avec la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, dans le bassin de Berkine, avance selon le calendrier prévu.
Selon les précisions d’Anadarko, le taux global d’achèvement du projet a atteint 88% et devrait être «mis en production au cours de cette année».Si le major pétrolier a indiqué que la production sur le bloc 208 du bassin de Berkine devrait atteindre un niveau significatif, il est utile de rappeler que, selon les premières estimations, celle-ci pourrait être de l’ordre de 170 000 barils/jour d’hydrocarbures. Notons aussi que le coût du projet est estimé à 4,5 milliards de dollars. En termes de bilan, PGA précise que la firme américaine a enregistré des résultats appréciables sur ses opérations en Algérie, notamment au niveau des deux pôles de Berkine sud et Ourhoud.

Ainsi, la production des gisements algériens où la firme détient des participations a atteint 345 000 barils/jour au cours du 4e trimestre 2011.Cependant, l’Algérie ne participe que pour 8,4% dans la production mondiale des hydrocarbures d’Anadarko, le fait est, note PGA, que le groupe américain n’a pas accès à une production de gaz en Algérie, alors que le profil de la compagnie est orienté vers le gaz. Pour autant, l’Algérie a représenté en 2011, avec 57 000 barils/jour, 26,3% des ventes mondiales de brut et de condensat.

Légère baisse des exportations de gaz

Les ventes de liquides algériens ont d’ailleurs atteint au 4e trimestre 60 000 barils/jour contre 51 000 b/j, une année auparavant. La production américaine du major pétrolier a continué à constituer le plus gros des ventes avec une part de 60,8%, des 217 000 b/j commercialisés par Anadarko.Plus globalement, l’Algérie a produit 54 millions de tonnes de pétrole et 141 milliards de mètres cubes de gaz en 2011. Cependant, note PGA, les exportations en gaz ont inscrit une légère baisse l’année dernière pour descendre à 54 milliards de mètres cubes, notamment en raison de la crise en zone euro.

Cela n’entame en rien les objectifs d’expansion de la production d’hydrocarbures que se fixe l’Algérie avec un plan d’investissement de 70 milliards de dollars à l’horizon 2016. Les capacités de production de liquides et de gaz naturel devraient atteindre, à l’horizon 2015, 235 millions de tonnes équivalent pétrole et les exportations 125 millions de tonnes équivalent pétrole. Soit une hausse de respectivement 12 et 13%.

Roumadi Melissa