Sonatrach ouvrira une agence de réassurance au Luxembourg

RISQUES INDUSTRIELS

Sonatrach ouvrira une agence de réassurance au Luxembourg

par M. Aziza, Le Quotidien d’Oran, 25 mars 2007

Le directeur des finances de Sonatrach, Ali Rezaiguia, a annoncé la création dès l’année prochaine de « captive de réassurance » affiliée à la société mère et dont le siège sera installé au Luxembourg.

Cette entreprise de réassurance d’un capital de 20 millions d’euros devra se lancer sur le marché international de la réassurance. C’est ce qu’a déclaré hier, dans la foulée, Ali Rezaiguia, en marge d’un séminaire sur les «risques énergie: management et assurance», organisé à l’hôtel Sheraton par la compagnie d’assurances des hydrocarbures (CASH) en collaboration avec la direction coordination groupe de finances de la Sonatrach.

Le conférencier a également présenté le plan d’action de la Sonatrach en matière d’assurance. Le ministère de l’Energie élabore actuellement une cartographie des risques du groupe Sonatrach. « Un outil qui nous permettra d’identifier et de mettre en place des moyens efficaces de mesures et de contrôle des risques », a précisé Ali Rezaiguia. Il a souligné que ses services ont déjà effectué des audits à travers 18 sites (de février 2005 jusqu’à octobre 2006) et 20 autres audits seront effectués entre 2007 et 2008. Cette cartographie des risques identifiera définitivement les risques et évaluera les investissements de la Sonatrach à leur juste valeur, ce qui permettra un réajustement de la politique de l’assurance contre les risques.

Le représentant de la compagnie américaine AIG, David Hawksby, a reproché à la Sonatrach de ne pas donner de l’importance à une vision globale du risque. Il a dans ce sens indiqué que l’assurance contre l’arrêt de la production et ce qui s’appelle en terme des assurances «perte d’exploitation» n’est pas pris en compte dans la politique des assurances chez la Sonatrach. Mais pour le directeur général de la CASH assurances, Nacer Sais, le recours à l’assurance sur les pertes d’exploitation ne devra se faire qu’en cas de nécessité, car c’est une assurance limitée dans le temps et dans le coût. « C’est généralement les petites entreprises qui optent pour cette assurance », a-t-il précisé, « car elles n’ont pas de moyens de substitution ». Et d’ajouter: « Elles sont dans l’incapacité de répondre à la demande en cas de risque ». Il a toutefois déclaré que la Sonatrach « est une grande entreprise qui compte plusieurs raffineries, et en cas de catastrophe l’une peut répondre à la demande à la place de l’autre ».

Et Rezaiguia de souligner que Sonatrach a une flexibilité modèle. « Nous pouvons vendre du produit brut au produit raffiné », explique le même responsable.