Des rassemblements dans plusieurs wilayas

Des rassemblements dans plusieurs wilayas

par A.B., B.M., A.Z., F.H., Le Quotidien d’Oran, 25 février 2015

Des sit-in et autres rassemblements ont été organisés hier à travers de nombreuses wilayas du pays en soutien aux populations du Sud et contre l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.

A Skikda, ils n’étaient pas nombreux les manifestants qui devaient exprimer leur soutien aux populations du sud du pays et leur opposition à la décision d’exploitation du gaz de schiste. Et pour cause, le rendez-vous fixé par les organisateurs qui se sont rassemblés au niveau du siège du parti Ennahda a été suivi par une cinquantaine de personnes qui ont marché sur une distance de quelques dizaines de mètres, sur l’avenue des Allées du 20 Août 1955, arborant une banderole et qui se sont dispersés ensuite dans le calme.

Par ailleurs, étalant de larges banderoles dont les écrits exprimaient le rejet de l’exploitation du gaz de schiste, près d’une centaine de personnes se sont rassemblées hier en milieu de journée sur la place de la Brèche, au centre-ville de Constantine, en signe de soutien à la population d’In Salah. Les représentants des formations politiques de l’opposition et du mouvement associatif ont appelé les pouvoirs publics à « écouter la population » et cesser immédiatement toute manœuvre visant l’exploitation du gaz de schiste, dont les répercussions sont très dangereuses pour l’environnement, comme s’évertuaient les animateurs de ce sit-in à l’expliquer à l’assistance, dont faisaient partie de nombreux curieux de passage à l’endroit. Un dispositif de sécurité, déployé dès la première heure de la matinée au centre-ville, a suivi de près ce regroupement sans intervenir à aucun moment. Tout s’est déroulé dans le calme, et l’un des animateurs de cette manifestation a rappelé aux présents qu’il ne s’agit pas d’une marche mais d’un rassemblement pacifique en signe de soutien aux populations du sud du pays, invitant les manifestants à se disperser dans le calme et de rejoindre le siège du parti Ennahda où devait se tenir dans l’après-midi une conférence sur le sujet du jour.

Des sit-in de protestation contre l’exploitation du gaz de schiste ont été observés dans l’après-midi d’hier à Oran. Le premier rassemblement s’est déroulé à la place du 1er Novembre à l’initiative des partis politiques dont l’UDS, Jil Jadid, HMS, Fadjr El Jadid et Ennahda. Les militants de ces formations étaient mobilisés sur les lieux pour manifester leur position. Ils ont été ensuite dispersés par les forces de l’ordre. Durant cette même journée, une autre manifestation a été organisée, cette fois-ci, à la place Port Saïd, jouxtant le front de mer par des militants des droits de l’homme à l’appel de La ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH). « Non au gaz de schiste. Tous avec In Salah », c’est ce qui était écrit sur les banderoles portées par les manifestants. Le représentant de la LADDH à Oran, M. Chouicha, a déclaré lors de ce rassemblement que « cette protestation a été organisée en signe de solidarité avec les habitants d’In Salah qui sont mobilisés depuis 50 jours sur cette question. Nous soutenons également les personnes détenues dans la wilaya de Laghouat et dénonçons la criminalisation de l’activité militante. Nous demandons une solution officielle sur le gaz de schiste et non des promesses contradictoires comme c’est le cas actuellement ».

A Bouira, ils étaient une centaine environ à venir en fin de matinée tenir un sit-in devant le siège de la wilaya, à l’appel de l’Instance de concertation et de suivi de l’opposition (ICSO) de wilaya. Parmi les présents se trouvaient des militants et des représentants des partis politiques de l’opposition, regroupés au sein de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD). Les protestataires ont scandé des slogans se rapportant à leur refus de l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste. Selon l’un des organisateurs de la manifestation, « l’action du 24 février s’inscrit dans le cadre de la mobilisation contre l’exploitation du gaz de schiste dans le sud du pays et pour la préservation de la souveraineté nationale ».