Industrie de défense : La coopération se renforce entre Alger et Rome

Mokrane Aït Ouarabi, El Watan, 1er février 2024

La 14e session du Comité mixte algéro-italien pour la coopération dans les domaines technico-militaires s’est tenue les 29 et 30 janvier à Alger.

La coopération militaire entre l’Algérie et l’Italie ne cesse de se renforcer. Elle est aujourd’hui axée sur le développement de l’industrie de défense. C’est sous cette approche que s’est tenue les 29 et 30 janvier, à Alger, la 14e session du Comité mixte algéro-italien pour la coopération dans les domaines technico-militaires.

Les travaux ont été présidés, côté algérien, par le général-major Mohamed Salah Benbicha, secrétaire général du ministère de la Défense nationale (MDN), et côté italien par le général de corps d’Armée Portolano Luciano, secrétaire général du ministère italien de la Défense et directeur national des Armements.

Cette session a constitué, selon le MDN, «une opportunité pour promouvoir les différents domaines de coopération entre les Armées des deux pays». Le général-major Mohamed Salah Benbicha a reçu, par la suite, son homologue italien en audience, lors de laquelle les deux hauts responsables militaires ont échangé leurs points de vue sur des questions d’intérêt commun.

Entre l’Algérie et l’Italie, il y a une convergence de vues sur les dossiers régionaux, à l’instar de la crise libyenne et de la situation sécuritaire préoccupante au Sahel.

Les efforts pour le renforcement de la coopération militaire entre Alger et Rome ne datent pas d’aujourd’hui. Les liens en matière de défense se sont beaucoup développés au cours de ces dernières années, avec un échange accru de visites de haut niveau entre les deux capitales.

En septembre 2023, le ministre italien de la Défense, Guido Crosetto, a effectué une visite de travail en Algérie à la tête d’une délégation de haut niveau. Il a été reçu par le président de la République Abdelmadjid Tebboune mais aussi par le chef d’état-major de l’ANP, le général d’Armée Saïd Chanegriha.

Dans une allocution, ce dernier avait mis en exergue «le caractère séculaire et solide des relations algéro-italiennes et les potentialités des deux pays, à même de contribuer à la concrétisation d’une coopération qualitative et durable». «Nous pouvons dire que notre coopération militaire est excellente, au regard des réalisations considérables enregistrées par les deux institutions, marquées par la diversification des domaines de coopération, dans un esprit d’entente mutuelle et de forte détermination à développer et promouvoir les relations bilatérales au niveau qui leur sied, de manière à servir les intérêts des deux pays et réaliser les aspirations des deux peuples amis», avait souligné le général d’Armée tout en relevant la diversification enregistrée dans les domaines de coopération militaire entre les deux Armées.

Industrie militaire

Il s’agit aujourd’hui de se pencher sur les voies et moyens de consolider le programme de coopération bilatérale qui tente de répondre aux exigences de la conjoncture régionale marquée par des bouleversements de différentes natures et une insécurité grandissante.

Une situation qui nécessite la conjugaison des efforts pour pacifier les pays qui souffrent des répercussions des conflits et les aider à retrouver leur stabilité et leur sécurité. Sur un autre volet, celui de l’ambitieux programme de développement de l’industrie militaire, l’Algérie semble compter beaucoup sur la technologie et le savoir-faire italien, notamment en matière de construction navale et de l’aéronautique.

Des projets communs, comme l’usine de montage d’hélicoptères, sont en cours de réalisation. Fruit d’une joint-venture entre le groupe italien Léonardo International et l’Etablissement de développement de l’industrie aéronautique (EDIA) relevant de la Direction des fabrications militaires du ministère de la Défense nationale, ce projet, lancé en 2016 à Sétif, consiste en la fabrication d’hélicoptères civils et militaires de marque Agusta-Westland.

L’Algérie est le premier client de l’industrie de l’armement italienne, avec 10% du total exporté. Au cours de la dernière décennie, l’ANP a acquis quatre frégates multi-missions Fremm, et un porte-hélicoptères de la classe San Giorgio auprès de l’Italie.