Crise économique mondiale et baisse de la demande pétrolière

Crise économique mondiale et baisse de la demande pétrolière

Khelil affiche son pessimisme

Par : DJAMILA L., Liberté, 2 mars 2009

“La crise économique mondiale est très profonde, les dernières informations que nous avons montrent que la crise aux États-Unis est encore pire que ce que pensaient les gens. Il y a un déclin de la croissance mondiale jusqu’à baisser autour de 2%, la demande de pétrole est affectée, l’Opep a dû baisser sa production en tout de 4,2 millions de barils/j. Il est fort possible que l’on ait encore à réduire du fait que durant le 2e semestre, il y ait une baisse conjoncturelle saisonnière de la demande de pétrole de 1,2 million de barils/j.”
C’est en ces termes que le ministre de l’Énergie et des Mines, M. Chakib Khelil, a évoqué les perspectives de la crise économique mondiale et ses conséquences sur la demande mondiale de pétrole, en marge d’une cérémonie de promotion de techniciens vénézuéliens à l’IAP d’Arzew.
Un pessimisme qui va grandissant chez le ministre qui poursuit : “On ne peut pas maintenir la production, cela aurait une répercussion sur les prix ; s’il y a une faiblesse de ces prix, c’est évident que nous devrons avoir recours à une baisse de la production (le prochain sommet de l’Opep devant se tenir le 15 mars, ndlr) pour stabiliser les prix et espérer une reprise économique. Mais personne ne sait s’il va y avoir une reprise économique à la fin de l’année ou l’année prochaine ; comme l’on ne sait pas si le programme de relance aux États-Unis sera suffisant ou pas, il faut attendre.”
Pour M. Chakib Khelil, la prochaine conférence de l’Opep va devoir prendre encore des décisions pour stabiliser les prix du pétrole d’autant plus, dira-t-il, que de son point de vue, la demande mondiale va encore plus faiblir au cours des 2e ,3e et 4e trimestres de l’année en cours. Et d’ajouter : “La dernière baisse de 2,2 millions de barils/j prise lors de la dernière rencontre de l’Opep à Oran a dû être appliquée à 100% à la fin février, au vu de cet engagement pris par les pays membres de l’Opep et qu’ils ont rempli. Je pense qu’ils seront prêts à prendre encore un autre engagement si la conférence des ministres le décide.” Le ministre de l’Énergie et des Mines était en déplacement hier à Oran pour assister à la cérémonie officielle de remise de diplômes de la première promotion de techniciens de la compagnie pétrolière PDVSA du Venezuela. Ce sont 42 jeunes employés issus de couches défavorisées qui, durant 10 mois, ont suivi au niveau de l’IAP une formation entrant dans le cadre d’accords entre cet institut et la compagnie nationale pétrolière vénézuélienne. Les accords en question prévoient en tout la formation de plus de 400 employés.

DJAMILA L.