La loi de finance 2017 adoptée à l’APN: hausse de taxes en rafale et une consolation pour les habitants du sud

La loi de finance 2017 adoptée à l’APN: hausse de taxes en rafale et une consolation pour les habitants du sud

Aymen Zitouni, Maghreb Emergent, 22 novembre 2016

Une rafale de hausse de taxes et une petite consolation pour les habitants du sud. Tel est le résumé du projet de loi de finances 2017 adopté par les députés de la majorité alors que les amendements proposés par l’opposition ont été rejetés. C’est un budget d’austérité que la majorité des Algériens va apprendre à subir. Un début seulement.

Le Projet de loi de finances (PLF2017) a été adopté ce mardi sans remous à l’Assemblée populaire nationale (APN), malgré une tension palpable entre les députés de l’opposition et de la majorité, sur des dispositions jugées « antisociales ».

Les députés du Front des forces socialistes (FFS) ont préféré de boycotter la séance pour ne pas cautionner le projet du gouvernement qui sert les intérêts des «barons» au détriment du peuple. De même pour le parti El Adala.

Les députés du Parti des travailleurs (PT) et ceux de l’Alliance pour l’Algérie verte (AAV) ont fait face aux députés de la majorité (FLN-RND), acquis au projet du gouvernement, pour défendre les amendements sur les mesures « antisociales » du PLF 2017.

Tous les amendements proposés par l’opposition ont été tous rejetés. Les mesures les plus décriées consacrent une accentuation de l’austérité dont les premières incidences ont été éprouvées durant l’année 2016.

Un pouvoir d’achat qui s’érode

Les ménages qui ressentent une baisse sensible du pouvoir d’achat en raison de la dépréciation du dinar et la hausse notamment des produits énergétiques enregistrés en 2016, devront affronter d’autres mesures qui vont éroder encore plus leur pouvoir d’achat.

Ils devront ainsi payer plus cher tous les produits avec l’adoption du relèvement de la TVA de 2 point à 19% et à 9% pour le taux réduit, au lieu de 7%. Les produits énergétiques seront également touchés, puisque l’amendement de l’AAV pour son abrogation n’a pas passé.

Le PLF 2017 introduit une taxe pour tous les carburants, hormis le GPL-C. L’essence super à 900 DA/hectolitre, 800 DA pour l’essence normale, le sans plomb (900 DA) et le gasoil 200 DA.

Par ailleurs, un amendement qui prévoit une augmentation de la taxe sur le tabac brun pour atteindre 1240 DA/ kg été adopté ainsi qu’une taxe de 10% pour les boissons alcoolisées.

Le PLF2017 dans sa nouvelle mouture prévoit aussi d’augmenter les taxes sur l’importation des pneus à 750 DA pour les poids lourds et 450 DA pour les véhicules de tourisme. Les produits électroménagers énergivores importés à partir de janvier 2017, seront également taxés à 25%. L’entrée en vigueur de cette proposition pour les produits fabriqués localement est prévue pour janvier 2018.

Une petite consolation pour les populations du Sud

Dans ce lot de nouvelles taxes, la commission des finances a retenu un seul amendement qui va dans le sens d’une réduction des charges pour les consommateurs. Il s’agit de l’article 130 bis 1, qui prévoit une réduction de 65% de la facture de l’électricité des populations des régions du Sud du pays (ménages et agriculteurs) et 25% pour les activités économiques.

Un député de l’AAV a proposé une réduction de 20% des salaires des députés et des hauts cadres de l’Etat, «pour montrer l’exemple aux citoyens qui affrontent seuls l’austérité ». L’amendement n’a pas adopté. Le député en question a fustigé les députés de la majorité qui ont accepté de percevoir 50% de la prime de fin de mandature.

Les députés de l’AAV ont alors quitté la salle avant l’adoption du projet de loi de finances. Le PLF2017 a été adopté à la majorité par les députés FLN-RND. Seuls les députés PT sont restés et se sont prononcés contre.