Le Maroc et Israël envisagent des manoeuvres militaires conjointes

Ryad Hamadi, TSA, 27 Février 2023

Encore un déplacement au Maroc d’un très haut responsable militaire israélien au moment où la répression s’accroit en Palestine depuis l’arrivée au pouvoir à Tel-Aviv d’un gouvernement dominée par l’extrême-droite.

Le chef de l’armée de l’air israélienne, le général Tomar Bar, vient d’achever une visite dans le royaume qui marque un nouveau pas franchi dans la coopération militaire entre les deux parties.

Pour la première fois, des manœuvres aériennes communes sont évoquées.

Depuis la signature des accords de normalisation des relations entre les deux pays en 2020, la coopération militaire entre le Maroc et Israël s’accroît à un rythme effréné.

Une partie importante des échanges et accords annoncés ces trois dernières années porte sur le secteur de défense.

Sous l’égide de l’ancien président américain Donald Trump, le Maroc et Israël ont normalisé leurs relations en décembre 2020. Le Maroc a obtenu en échange la reconnaissance par les États-Unis de sa souveraineté sur les territoires occupés du Sahara occidental.

Des ambassades respectives ne sont toujours pas ouvertes à Rabat et Tel-Aviv, mais sur le plan de la coopération militaire, les deux pays ont mis les bouchées doubles.

La visite du chef de l’aviation israélienne est la troisième qu’effectue au Maroc un haut responsable militaire d’Israël depuis la normalisation des relations entre les deux pays.

En novembre 2021, la visite de Benny Gantz, alors ministre de la Défense d’Israël, avait été conclue par la signature d’un protocole de coopération en matière de défense qualifié d’ « historique » et de « sans précédent ».

Alors qu’Israël entretient des relations diplomatiques avec six pays arabes, il n’a jamais signé un tel protocole avec l’un d’entre eux, pas même avec l’Égypte et la Jordanie, ses voisins immédiats qui le reconnaissent depuis 1978 et 1994 respectivement.

Les armées de l’air du Maroc et d’Israël songent à des exercices communs

L’accord a ouvert la voie à la formalisation de la coopération entre les deux armées, existante depuis plusieurs années mais jamais assumée.

En juillet 2022, le rapprochement militaire a pris un tournant plus opérationnel avec la visite au Maroc du chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kokhavi.

Déjà, parmi les responsables rencontrés par celui-ci à Rabat, ceux de l’armée de l’air marocaine. Quelques mois après, c’est le commandant des forces aériennes de l’armée israëlienne qui débarque au Maroc. Le signe que les deux armées ont choisi d’axer leur coopération sur l’aviation ?

Au Maroc, Tomar Bar a rencontré le chef de l’armée de l’air marocaine, le général El Abed Alaoui Bouhamid, et visité une base aérienne près de Ben Guerir ainsi qu’une école de formation de l’aviation.

Selon Times of Israël, les deux hommes ont évoqué la défense aérienne et les échanges d’équipes. Ils ont surtout discuté de la possibilité d’organiser des exercices aériens conjoints.

Tomar Bar a parlé d’un « moment excitant » et s’est engagé à renforcer avec l’armée marocaine la coopération et le partenariat en matière de « formation et de connaissances ».

Si le projet de manœuvres aériennes conjointes se concrétise, ce serait une première entre les deux armées. Jusque-là, les seuls exercices communs connus sont la participation d’éléments des troupes spéciales marocaines à un entraînement en Israël en juillet 2021 et l’invitation d’officiers de l’armée israélienne comme observateurs aux manœuvres African Lion en 2022.