Le conseil d’État confirme la dissolution de l’association RAJ et suspend l’activité du MDS

Maghreb Émergent, 23 février 2023

Le conseil d’État a confirmé, ce jeudi 23 février, la dissolution définitive de l’association Rassemblement-Action-Jeunesse (RAJ) et la suspension des activités du parti politique ; Mouvement démocratique et social (MDS), confirmant ainsi, la décision du tribunal administratif d’Alger, suite à une requête introduite auprès de ce dernier par le ministère de l’Intérieur.

En effet, la sentence tombée porte un coup dur à la société civile indépendante. L’association RAJ, active depuis plus de 30 ans, a marqué sa présence durant le Hirak et plusieurs de ses membres ont été victimes de poursuites judiciaires.

L’examen du recours, porté par l’association au niveau du Conseil de l’État, a été reporté trois fois. Introduit depuis avril 2022, il n’a été examiné jusqu’au 26 janvier dernier. La date à laquelle a été examiné le recours du parti politique MDS.

Ce dernier a quant à lui a été poursuivi également par le ministère de l’Intérieur. Ce dernier a demandé la suspension de ses activités et la fermeture de ses locaux.

Il est à noter que d’autres partis politiques de l’opposition sont dans le collimateur du ministère de l’Intérieur, à l’instar du PST et de l’UCP, qui ont déjà reçu des mises en demeures.