Sommet de l’UA : l’Algérie fait exclure la délégation israélienne

TSA, 18 Février 2023

Nouveau camouflet pour Israël dans ses tentatives d’infiltrer les institutions africaines et nouvelle victoire pour l’Algérie qui cherche à éviter la « cassure » au sein de l’Union africaine à cause de la présence israélienne.

Sa délégation a été exclue ce samedi des travaux du 36e sommet de l’Union africaine qui se tient à Addis-Abeba. Cette fois encore, les Israéliens accusent l’Algérie et l’Afrique du Sud.

Selon nos sources, c’est l’Algérie qui a initié l’action qui a permis l’exclusion de la délégation israélienne. En fait, c’est l’invitation adressée à l’ambassadeur israélien par l’UA qui a été annulée, mais ce dernier a « essayé d’entrer en force », ce qu’il n’a pas réussi à faire, selon les mêmes sources.

En août 2021, l’Algérie et d’autres pays arabes avaient pris une initiative pour bloquer l’admission d’Israël au sein de l’Union africaine comme membre observateur.

La décision avait été prise par le président de la Commission africaine, le Tchadien Moussa Faki, sans se référer aux instances de l’organisation panafricaine.

Acculé, Faki a accepté de soumettre la question au sommet des chefs d’État en février 2022. Le sommet a décidé de suspendre l’admission d’Israël et de mettre en place un comité de sept chefs d’État pour émettre des recommandations concernant cette question. Parmi les membres de ce comité, figurent les présidents algérien Abdelmadjid Tebboune et sud-africain Cyril Ramaphosa.

Et alors que la question n’est pas tranchée et son admission est toujours officiellement suspendue, Israël a dépêché une délégation pour prendre part au 36e sommet des chefs d’État qui a débuté ce samedi 18 février à Addis-Abeba (Éthiopie).

Exclusion de sa délégation au sommet de l’UA : Israël accuse l’Algérie

Avant le début de la cérémonie d’ouverture, des agents de sécurité se sont rapprochés de la délégation conduite par Sharon Bar-Lee, directrice adjointe pour l’Afrique au ministère israélien des Affaires étrangères, et l’ont priée de quitter la salle, rapporte le site israélien Walla. Une vidéo mise en ligne par l’autre média israélien i24 News montre la délégation quitter les lieux après plusieurs minutes de discussions.

Selon le même média, l’incident est pris « très au sérieux » en Israël qui « fait pression » sur l’Union africaine pour réintégrer sa délégation.

Dans un communiqué rendu public après cette expulsion, le ministère israélien des Affaires étrangères a accusé l’Algérie et l’Afrique du Sud d’avoir fait pression pour exclure la délégation israélienne.

La suspension de son admission comme membre observateur a constitué un coup dur pour Israël qui fait tout pour étendre son influence sur le continent africain.

Le statut de membre observateur octroyé à Israël par Moussa Faki en juillet 2021, avant d’être suspendu, avait été vécu par la diplomatie israélienne comme une « victoire » derrière laquelle elle courait « depuis près de deux décennies », écrit i24 News.