Sonatrach – Eni : cinq nouveaux axes de coopération

TSA, 23 janvier 2023

Sonatrach renforce son partenariat avec l’Italien Eni, avec la signature de deux protocoles d’intention ce lundi 23 janvier à Alger, qui définissent cinq nouveaux axes de coopération entre les deux groupes.

Cette signature a eu lieu lors de la visite de travail en Algérie de la première ministre italienne d’extrême-droite Giorgia Meloni.

Le groupe Sonatrach annonce dans un communiqué la signature avec Eni de deux « protocoles d’intention stratégiques, qui définiront les futurs projets communs portant sur l’approvisionnement énergétique, la transition énergétique et la décarbonation. »

Ces accords ont été signés en présence du président Abdelmadjid Tebboune et de Giorgia Meloni.

Le premier protocole d’intention stratégique signé entre Sonatrach et Eni vise à « identifier les meilleures options pour accroître les exportations d’énergie de l’Algérie vers l’Europe, afin de garantir la sécurité énergétique tout en soutenant une transition énergétique durable », explique le groupe algérien.

Ce protocole concerne quatre axes : « l’extension de la capacité de transport de gaz existante, la pose d’un nouveau gazoduc pour transporter du gaz naturel et alternativement de l’hydrogène et de l’ammoniac bleu et vert, la pose d’un câble électrique sous-marin et l’extension de l’actuelle capacité de liquéfaction du gaz naturel », détaille Sonatrach.

Sonatrach – Eni : signature de deux protocoles d’intention

Le deuxième protocole d’intention stratégique conclu entre Sonatrach et Eni « identifiera les opportunités de réduction des émissions de gaz à effet de serre en Algérie et les meilleures technologies pour mettre en œuvre une telle réduction. »

L’Algérie est devenue le principal fournisseur de gaz de l’Italie depuis l’éclatement de la guerre en Ukraine en février 2022. Pour réduire sa dépendance vis-à-vis du gaz russe, l’Italie s’est tournée vers l’Algérie pour obtenir plus de gaz.

En avril dernier, Sonatrach et Eni ont signé un accord portant sur une hausse des exportations algériennes de gaz de 9 milliards de mètres cubes supplémentaires sur trois ans.

Les deux pays étudient désormais la relance du projet du gazoduc Galsi alors que le gazoduc Transmed est presque saturé.