Algérie – Maroc : le grave dérapage d’un prédicateur marocain

Ryad Hamadi, TSA, 15 Août 2022

Le président de l’Union mondiale des savants musulmans, le Marocain Ahmed Raissouni, a franchi dangereusement la ligne rouge.

Dans un dérapage d’une gravité extrême, il a incité publiquement le roi Mohamed VI à appeler le peuple marocain à marcher sur Tindouf en Algérie et Laâyoune, dans les territoires occupés du Sahara occidental.

« Le peuple marocain est prêt à marcher sur Laayoune et Tindouf. Il est prêt à y rester des semaines entières », a-t-il dit, en réponse à une question sur la question du Sahara occidental.

Dans la foulée, Ahmed Rouissi, qui se revendique comme un disciple d’Allal el Fassi, a provoqué la Mauritanie dont il a qualifié l’existence d’erreur. « Le Maroc doit redevenir comme avant l’invasion européenne, dont la Mauritanie faisait partie », a-t-il dit.

Pour Ahmed Rouissi, la question du Sahara est une « fabrication de la colonisation, tout comme la Mauritanie ». Et de feindre de s’indigner que le gouvernement marocain ait misé sur son rapprochement avec Israël au détriment du peuple marocain pour le règlement de la question du Sahara occidental.

La mise en garde d’un diplomate algérien

L’homme de religion a affirmé que le peuple marocain, les savants et les prédicateurs du Maroc étaient prêts à se « sacrifier » et à « se mobiliser » pour « marcher par millions sur Laayoune et Tindouf, si le roi le demande. »

Les propos choquants et dangereux d’Ahmed Raissouni n’ont pas tardé à provoquer des réactions en Algérie. « Cet hurluberlu est un faussaire doublé d’un dangereux aventuriste qui est visiblement gavé et intoxiqué par la propagande expansionniste du Makhzen en général et par celle du parti de l’Istiqlal en particulier (thèse cocasse du grand Maroc de « Tanger jusqu’à Saint-Louis du Sénégal ») », a déclaré à TSA, un diplomate algérien proche du dossier.

Pour le diplomate algérien, ce « grave dérapage remet en cause l’indépendance et la souveraineté d’un pays frère et voisin, qui est la Mauritanie, et que le Maroc a mis neuf ans avant de reconnaître formellement tout en s’accrochant au rêve désespéré de colonisation du territoire du Sahara Occidental ».

En tenant des propos aussi dangereux à l’égard de deux pays voisins, Ahmed Raissouni porte un coup dur à l’image du Maroc qui cherche à soigner son image de pays pacifique tout en essayant de diaboliser l’Algérie. En réalité, le royaume multiplie les actes belliqueux à l’égard de ses voisins.

« Ce savant de pacotille confirme que le référent aux « frontières authentiques » du Maroc (article 42 de la constitution) est la matrice officiellement assumée et glorifiée de cet expansionnisme rampant et déstabilisateur qui sape profondément la notion de bon voisinage et alimente, dans l’esprit des illuminés formatés par la propagande, de vaines prétentions territoriales qui exposeront tout acte belliciste envers notre intégrité territoriale à des conséquences incalculables », met en garde le diplomate algérien.

En octobre 2021, Dahou Ould Kablia, ancien ministre algérien de l’Intérieur, a rappelé la doctrine expansionniste d’Allal el Fassi, le défunt président du parti nationaliste marocain « Istiqlal ». « Pour lui (Allal el Fassi, NDLR), les frontières du Maroc s’étendent de Saint-Louis au Sénégal jusqu’à Saidia, en passant par Béchar, Adrar, Tindouf et même la Mauritanie », a détaillé l’ancien ministre de l’Intérieur.