Stratégie de Naftal pour les 5 prochaines années : Des projets d’investissement de plus de 250 milliards DA

APS, El Watan, 24 mai 2022

Le PDG de Naftal, Mourad Menouar, a fait état, lundi à Alger, d’un plan d’investissement de l’entreprise visant à concrétiser les projets stratégiques d’un coût de plus de 250 milliards de DA, et ce, durant la période allant de 2022 à 2027. La société Naftal dispose d’un plan de développement quinquennal (2022-2027), reposant sur une vision «stratégique» pour la réalisation de projets de grande envergure, d’un coût de plus de 250 milliards de DA, a fait savoir M. Menouar, qui était invité du Forum du quotidien Echaâb.

Parmi les projets d’investissement prévus dans le cadre de ce plan, le même responsable a cité un projet de pipeline pour le transport du Gaz de pétrole liquéfié (GPL) d’Arzew à Alger, passant par plusieurs régions de l’ouest et du centre du pays, ce qui permettra d’alimenter plusieurs villes et de fournir ce carburant à ces régions, en sus de la réduction des frais de transport via les navires.

Le PDG de Naftal a également évoqué un autre projet de pipeline permettant le transport de carburant à partir de la raffinerie de Skikda à Alger, en alimentant plusieurs villes sur son passage, soulignant que la concrétisation de ce projet passe actuellement par deux étapes, à savoir la réalisation d’un pipeline de transport de carburant depuis la raffinerie de Skikda au centre de stockage d’El Eulma (Sétif), puis la réalisation de la deuxième partie du pipeline entre El Eulma et Alger.

Concernant ce projet, le même responsable a indiqué que «la première partie du projet qui devrait être réceptionnée le 5 juillet prochain a été décalée au 1er novembre prochain en raison de certains facteurs et conditions», soulignant que «la société Naftal assume à elle seule les dépenses de ce projet».

Il y a aussi d’autres projets consistant en la réalisation d’unités d’huiles des moteurs automobiles et le recyclage des huiles utilisées dans le cadre du partenariat avec des entreprises étrangères, a-t-il fait savoir, précisant que «des négociations préliminaires ont eu lieu avec des entreprises mondiales intéressées et prêtes à investir dans ce domaine après le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt».

Evoquant l’impact subi par Naftal en raison de la Covid-19 en 2020 et 2021, qui a enregistré un recul «sensible» dans la consommation de carburant et une baisse du volume des ventes, M. Menouar a affirmé que cela n’a pas considérablement impacté le budget de l’entreprise qui souffre, selon lui, «d’une baisse de la marge bénéficiaire dans la distribution du carburant».

Les revenus des marges bénéficiaires issus de l’activité de distribution du carburant en Algérie «ne couvrent pas les coûts spécifiques dans le contexte de l’inflation», a-t-il dit, indiquant que la marge bénéficiaire de Naftal n’a pas changé depuis 2016. Pour faire face à cette situation, le responsable a appelé les pouvoirs publics à «augmenter la marge bénéficiaire de l’entreprise sans revoir le prix du carburant au niveau des stations-service», ajoutant que la composition des prix du carburant comprend 80% de taxes et d’impôts.