Procès des frères Benamor : Laïd Benamor condamné à 8 ans de prison ferme

Salima Tlemçani, El Watan, 14 avril 2022

Après deux semaines de délibéré, le pôle financier près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger, a rendu ses décisions concernant le procès des dirigeants du groupe agroalimentaire, Benamor, des deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, et de l’ancien ministre de l’Agriculture, Rachid Benaissa, tous poursuivis pour «abus de fonction», «dilapidation de deniers publics aux fins d’octroi d’indus avantages».

Ainsi, le tribunal a prononcé des peines de 8 ans de prison ferme contre Laïd Benamor, patron du groupe, de 7 et 5 ans de prison ferme contre respectivement ses frères Lhadi et Sami.

Ce dernier a écopé d’une amende d’un million de DA, alors que Laïd et Lhadi, doivent s’acquitter d’une amende de 8 millions de DA. Poursuivis pour «blanchiment d’argent», «complicité dans dilapidation de deniers publics» et «perception d’indus avantages» les trois frères sont sommés par ailleurs de payer solidairement plus de 3 millions de dinars au Trésor public.

Le tribunal a d’autre part infligé des peines de 4 ans et de 5 ans de prison ferme respectivement à Ahmed Ouyahia et à Abdelmalek Sellal, assorties d’une amende d’un million de dinars, et une compensation de 100 000 DA versée au Trésor public.

L’ancien ministre de l’Agriculture, Rachid Benaïssa, a pour sa part écopé d’une condamnation de 2 ans de prison ferme et une amende d’un million de DA, et l’ancien secrétaire général du ministère de l’Industrie, Kheireddine Medjoubi, ainsi que Hocine Laadjaba, directeur financier du groupe Benamor, ont été condamnés respectivement à des peines de 18 mois et de 3 ans de prison ferme assorties d’une amende d’un million de DA.

De nombreux prévenus ont par ailleurs bénéficié de la relaxe. Le président du pôle financier a ordonné en outre la confiscation de tous les biens mobiliers et immobiliers ainsi que les comptes bancaires en Algérie et à l’étranger, y compris ceux qui font l’objet de commissions rogatoires des prévenus condamnés dans le cadre de ce procès.

Pour ce qui est des dommages réclamés par le Trésor public, le tribunal a ordonné à une partie des sociétés du groupe Benamor de verser une compensation d’une valeur de 32 millions de DA et à une autre, la somme de 20 millions de DA. Le tribunal a cependant rejeté la demande de constitution comme partie civile, introduite par la BEA (Banque extérieure d’Algérie).

Le 28 mars dernier, le parquet avait requis de lourdes peines à l’encontre des prévenus. Ainsi, une condamnation de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende de 2 millions de DA a été réclamée par le procureur contre les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, et une autre de 6 ans de prison ferme assortie de 2 millions de DA contre l’ancien ministre de l’Agriculture, Rachid Benaïssa.

Il a en outre demandé une peine de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions de DA contre les propriétaires du groupe Benamor, Laïd et El Hadi Benamor, et une peine 8 ans ferme contre Sami Benamor.

D’autres peines allant de 2 à 6 ans de prison ferme ont été requises contre les autres prévenus. Le représentant du ministère public a par ailleurs réclamé une amende de 32 millions de dinars contre toutes les sociétés du groupe agroalimentaire Benamor, poursuivis dans le cadre de la cette affaire.