Selon les données de l’ONS, la tendance dure depuis 2014: Les mariages en chute libre

Liberté, 24 janvier 2022

Apparue en 2014, la tendance baissière du nombre de mariages en Algérie s’est accélérée en 2020. C’est ce qu’a constaté une étude de l’Office national des statistiques (ONS) qui indique que 283 000 unions ont été enregistrées en 2020 contre 315 000 l’année précédente, soit une baisse de plus de 10%.

Le taux brut de nuptialité a chuté de 7,26 pour mille à 6,41 pour mille. “L’évolution de la population âgée de 20 à 34 ans, population où se contractent 80% des mariages, fait ressortir une régression du volume de celle-ci d’une allure assez visible à partir de 2015, laquelle population est passée de 10,997 millions à 10,427 millions entre 2015 et 2020”, analyse l’organisme des statistiques. Le nombre de naissances vivantes a également confirmé sa décroissance pour descendre sous le seuil du million, une première depuis 2014, continue l’ONS en faisant état de 992 000 naissances vivantes pour un taux brut de la natalité de 22,42 pour mille en 2020 contre 23,80 pour mille en 2019.

En revanche, la mortalité générale a enregistré une augmentation significative pour des raisons évidentes liées à la pandémie du coronavirus : de 198 000 décès en 2019, elle est passée à 236 000 décès soit une hausse atteignant 38 000 morts. Quant au volume de la mortalité infantile, il a connu une baisse sensible avec 18 700 décès en 2020 contre 21 030 cas en 2019, soit une chute de 2 330 décès, détaille l’ONS en ajoutant que le sexe masculin est plus touché que le sexe féminin. La hausse du niveau de mortalité, ajoute l’organisme des statistiques, a ainsi entraîné une baisse de l’espérance de vie à la naissance qui est passée à 1,6 année, soit le même niveau de 2009 où elle avait atteint 76,3 années. Par sexe, l’espérance de vie à la naissance est de 74,5 ans chez les hommes et 78,1 ans chez les femmes.

L’étude statistique de l’ONS annonce également que le nombre d’habitants en Algérie est passé de 44,3 millions au 1er juillet 2020 à 44,6 millions au 1er janvier 2021. L’augmentation de la population durant l’année 2020 a atteint 756 000 personnes, soit 1,71%, un taux qui continue sa tendance baissière enclenchée en 2017 “avec un rythme plus prononcé en 2020”, dit l’ONS en expliquant cette baisse par la conjugaison de l’augmentation “conséquente” des décès et le recul des naissances. La répartition par sexe des habitants de l’Algérie au 1er janvier 2021, affirme l’ONS, fait ressortir une légère prédominance de la population masculine qui représente 50,7% de la population totale.

 

S. Ould Ali