Cour d’Alger : lourde peine requise contre Hamel

TSA, 18 Novembre 2021

Abdelghani Hamel est à nouveau devant les juges. Le procès en appel de l’ancien DGSN et des membres de sa famille s’est ouvert mercredi 17 novembre à la Cour d’Alger.

Ce troisième procès se tient suite à la décision de la Cour suprême qui a accepté le pourvoi en cassation introduit dans les arrêts rendus par la Cour d’Alger en août 2020.

Abdelghani Hamel, son épouse Annani Salima, ses fils (Ameyar, Mourad Chafik et sa fille Chahinez), sont poursuivis pour plusieurs chefs d’accusation, dont « blanchiment d’argent », « enrichissement illicite », « trafic d’influence » et « obtention d’assiettes foncières par des moyens illégaux », selon l’agence officielle.

Ce jeudi, le parquet de la Cour d’Alger a requis une lourde peine de 16 ans de prison à l’encontre de Hamel ainsi qu’une amende de 8 millions de dinars, rapporte El Khabar.

Une peine de 12 ans de prison a été requise à l’encontre des trois fils de l’ex-patron de la police : Ameyar, Chafik et Mourad. Sa fille Chahinez risque une peine de 3 ans de prison alors que le parquet a demandé la confirmation du juge à l’encontre de l’épouse de Hamel.

Le parquet a en outre requis 5 ans de prison pour Mohamed Rehaimia, ancien directeur général de l’OPGI de Hussein Dey (Alger), deux ans de prison et deux millions de dinars d’amende contre les anciens walis d’Oran, Abdelmalek Boudiaf et Abdelghani Zaalane ainsi que l’ex-wali de Tlemcen, Zoubir Bensebbane, et l’ancien wali de Tipaza, Moussa Ghellaï.

La Cour d’Alger avait condamné Abdelghani Hamel à 12 ans de prison ferme, tandis que ses enfants ont écopé de peines allant de 5 à 8 ans de prison ferme.