Hausse des prix : les spéculateurs risquent jusqu’à la perpétuité

Ryad Hamadi, TSA, 17 Octobre 2021

Abdelmadjid Tebboune veut frapper les spéculateurs d’une main de fer. Le texte de loi pour punir sévèrement les trafiquants qui a été demandé samedi 25 septembre, par le chef de l’Etat, a été évoqué ce dimanche 17 octobre en Conseil des ministres.

Le président de la République a demandé au gouvernement de réviser le code pénal pour alourdir les sanctions à l’égard des spéculateurs qui pourraient écoper d’une condamnation à perpétuité, a indiqué la présidence de la République dans un communiqué.

Le président de la République a demandé au ministre du Commerce de mener des campagnes de sensibiliser auprès des commerçants pour leur expliquer la différence entre ceux qui stockent des marchandises d’une façon légale pour les revendre, et ceux qui les emmagasinent pour provoquer des pénuries et la hausse des prix.

Il lui a également demandé de souligner l’importance et le rôle de la société civile et des médias dans la lutte contre les pratiques commerciales frauduleuses.

« Comportements rationnels »

Il a demandé aussi d’agir pour « promouvoir des comportements de consommation rationnels afin de lutter contre les parasites et ceux qui cherchent à augmenter les prix afin de semer le chaos et le désespoir »

Il y a deux semaines, le président de la République avait demandé des sanctions pouvant aller jusqu’à 30 ans de prison à l’encontre des spéculateurs.

Le 25 samedi, le président Tebboune a estimé que la spéculation, œuvre de « parasites » qui ont envahi le secteur du commerce, est la principale cause des hausses récurrentes des prix des produits de consommation.

Ces hausses couplées à des tensions sur la disponibilité des produits affaiblissent le pouvoir d’achat des Algériens et menacent la stabilité sociale du pays.

Le président de la République avait estimé que la spéculation « n’était pas acceptable ni du point de vue de la religion ni de la loi ni de la morale ».