D’Achille Mbembe à Lahouari Addi, les « sociétés civiles » à la table de Macron

Khaled Satour, Contredit, 11 octobre 2021

Entre la tribune dédiée le 8 octobre à la « société civile » africaine par Emmanuel Macron et celle offerte le 10 octobre par le quotidien Le Monde à Lahouari Addi, il n’était pas dit d’avance qu’il y aurait des similitudes.

Montpellier était l’occasion pour le président français d’éprouver une nouvelle fois une méthode qu’il avait déjà expérimentée au cours de son mandat : depuis l’humiliation qu’il avait infligée au président burkinabé devant les étudiants de l’université de Ouagadougou en novembre 2017 et le spectacle de rue qu’il avait donné dans le Beyrouth dévasté d’août 2020, il s’est sans doute convaincu que la gouaille et la fausse décontraction pouvaient efficacement adoucir la tutelle qu’il entend instaurer sur les sociétés que la France a soumises jadis à une brutale colonisation. D’autant que cette variante du soft power, dans laquelle il est tenu de dissimuler quelque peu son arrogance derrière le sourire et l’empathie, n’interdit pas de perpétuer les traditionnelles expéditions militaires qui, à l’image de la fameuse opération Barkhane, n’en finissent pas de finir.

3000 FIGURANTS POUR UN SOLISTE

Dans un tel exercice, la rencontre qu’il a eue avec « les jeunes Africains » le 8 octobre dernier aura connu, à supposer que cela soit possible, encore plus d’éclat. En effet, le président français y fut suffisamment chahuté par ses invités, comme la presse française s’est délectée à le rapporter, pour que le mérite du courage et de la vérité lui soit reconnu en prime.

En fait, cette « société civile africaine » à laquelle Macron a consacré quelques temps morts de son agenda « pré-électoral » n’aura été qu’un faire-valoir dont l’intellectuel camerounais Achille Mbembe lui a délicatement fait cadeau. Le pire est qu’il n’est pas sûr que les 3000 Africains qui ont permis au soliste de briller de mille feux, en faisant mine de le prendre à partie, aient été grugés : cette société civile-là est assise à la table de la France post-coloniale depuis trop longtemps et avec trop peu de vergogne pour en concevoir le moindre regret.

On pouvait en revanche espérer que la tribune signée par Lahouari Addi dans le journal Le Monde ait un peu de caractère. L’intéressé, pompeusement présenté comme « professeur émérite à Sciences Po Lyon », avait en effet toute latitude de construire son propos avec le mordant et la nuance nécessaires à la démystification des propos d’Emmanuel Macron sur l’Algérie (rapportés par ce même quotidien à la fin du mois dernier), sans pour autant épargner les généraux algériens. Même s’il pouvait craindre que la rédaction du quotidien ne lui prépare quelque chausse trappe en lui concoctant un titre et un chapeau introductif de son crû (ce qu’elle n’a pas manqué de faire), il était libre de son audace critique et, au minimum, tenu à un semblant de profondeur dans l’analyse.

UNE « LÉGITIMATION EXPLICITE » DU HIRAK ?

Dans la crise actuelle des relations franco-algériennes, et à supposer qu’il était pertinent de se préoccuper, comme il l’a fait, du subconscient de l’un ou l’autre des deux protagonistes alors que la partie se joue tout entière dans l’univers froid de la politique, les susceptibilités et les arrière-pensées du président français se prêtaient au moins autant à l’examen que celles des militaires algériens. Au lieu de quoi, l’auteur de la tribune, misant de manière surprenante sur la bonne foi et la franchise d’Emmanuel Macron, a choisi d’accorder tout le crédit possible au discours néo-colonial qu’il a délivré, dont la justification implicite est que l’ex-puissance coloniale peut s’autoriser à adresser des réprimandes aux dirigeants de ses anciennes possessions. En toute candeur, à en croire notre professeur, puisque Emmanuel Macron aurait simplement « dit publiquement ce que ses prédécesseurs, de droite comme de gauche, disaient en privé ». Comme si le seul discours qui compte n’était pas celui qu’on prononce publiquement ! Mieux, « les propos du président français sont courageux », ajoute-t-il, s’associant aux louanges de l’audace et de la modernité que les médias français ont décernées, en cette actualité automnale, aux multiples sorties néo-coloniales dudit président (avec les Harkis, les descendants des protagonistes de la guerre d’Algérie, la société civile africaine, etc.).

A aucun moment, la tribune ne semble saisir l’actuelle polémique algéro-française dans son contexte et ses enjeux véritables.

C’est ainsi, d’une part, qu’elle confine au contresens lorsque Lahouari Addi croit pouvoir affirmer qu’en critiquant l’emprise de l’armée sur les institutions algériennes, « le président français reconnaît explicitement la légitimité politique des revendications du Hirak ». A croire qu’il est dans l’ordre du monde d’hier et d’aujourd’hui que la France soit juge de la légitimité des aspirations démocratiques des peuples ! En réalité, dans la littéralité des propos qu’il a tenus, Emmanuel Macron s’est surtout inquiété de l’effacement de Abdelmadjid Tebboune sur lequel il aurait voulu pouvoir compter pour mener à bien l’entreprise de brouillage mémoriel qui lui tient à cœur et plus généralement ses différentes entreprises hégémoniques dans la région nord-africaine et sahélienne. Ce qui n’est d’ailleurs pas à l’honneur du président algérien. En dehors de cette préoccupation, qui découle du calcul politique le plus cynique, il est à parier que le président français se soucie comme d’une guigne des aspirations des Algériens à la démocratie. Ce qui est en revanche tout à l’honneur du Hirak, dans son expression la plus majoritaire. Contrairement à Lahouari Addi, les dizaines de milliers de manifestants qui ont pris la rue pendant deux ans ont constamment montré qu’ils avaient un sens de l’histoire assez aigu pour en distinguer les séquences et pour répudier toute tentation régressive qui s’apparenterait à de la nostalgie. Ils ont contesté la tutelle du régime au nom des idéaux du combat anticolonial, et n’ont donc jamais songé à s’en remettre à une « légitimation » venue de l’ancienne puissance occupante.

« UN ENFANT SURDOUÉ DE LA FINANCE »

D’autre part, Lahouari Addi ne mène pas à son terme la critique qu’il fait de la « démocratie formelle ». Il écrit dans une série de formules redondantes :

« Formellement, l’Algérie est un pays démocratique avec des élections pluralistes tenues régulièrement. En réalité, la démocratie est juste formelle puisque le président est désigné par la hiérarchie militaire à la suite d’un plébiscite auquel participent des candidats qui acceptent d’être des leurres ».

Ces lieux communs de la science politique peuvent à la rigueur passer dans un débat algéro-algérien, mais lorsqu’ils sont convoqués dans l’analyse d’une crise née de la leçon de démocratie que le dirigeant d’un pays prétend administrer à ceux d’un autre, ils doivent être prolongés par une discussion sérieuse des usages démocratiques qui ont porté le donneur de leçons au pouvoir.

De ce point de vue, il aurait été bon de relever que, si dans la 5e république française les présidents ne sont pas à proprement parler désignés par la « hiérarchie militaire », la constitution de 1958 a résulté d’un putsch appuyé par l’armée qui devait plus tard être tentée par la récidive, notamment en avril 1961.

Dans la France d’aujourd’hui, les faiseurs de rois n’ont pas désarmé, même s’ils agissent sans que résonnent les bruits de bottes. Ils se sont modernisés, pour se mettre au diapason de la modernité décapante de l’actuel président. C’est par la grâce des milieux financiers, appuyés par une campagne médiatique aussi soudaine qu’un orage éclatant dans un ciel limpide, qu’Emmanuel Macron a surgi sur la scène politique française en août 2014, dépourvu de tout état de services significatif mais promu sur le champ « enfant surdoué de la finance » et à ce titre « présidentiable » de plein droit.

Et, comme il a fait ses preuves depuis 2017 en tant qu’ « ennemi des pauvres » et champion de la « sécurité globale », les mêmes acteurs de la finance et des médias, qui lui en sont reconnaissants, font pour lui la meilleure promotion possible d’Eric Zemmour dans le rôle de sparring partner lancé dans le ring électoral comme un chien dans un jeu de quilles avec pour mission de disperser l’adversité et de faciliter une réélection programmée. Le système politique français a lui aussi ses marionnettes : les unes sont promises à un grand destin, les autres ne servent qu’à la diversion.

Mais de telles considérations qui auraient conféré un minimum d’équité aux critiques de Lahouari Addi sont absentes de sa tribune parce qu’il s’exprime lui aussi à partir de la position dévolue aux représentants des « sociétés civiles » post-coloniales : des élites, séparées des sociétés réelles dont elles n’ont reçu aucun mandat, instrumentalisées, avec leur consentement ou à leur corps défendant, à seule fin de permettre aux anciennes puissances occupantes d’incommoder (à défaut de les contourner) les gouvernants des territoires décolonisés, qui sont despotiques à n’en pas douter mais dont certains gardent une échine trop raide au goût des anciens maîtres.

En définitive, ces tribunes n’ont été offertes en France en ce mois d’octobre aux « sociétés civiles » africaines dans leur diversité que parce qu’on avait pris l’assurance qu’elles seraient, pour l’essentiel, aussi similaires qu’on le souhaitait.