Arrêté le 5 octobre dernier à Bejaia: La garde à vue prolongée pour Zahir Moulaoui

Liberté, 11 octobre 2021

Arrêté par la police le 5 octobre dernier, à Béjaïa, l’activiste du Hirak, Zahir Moulaoui, est toujours en garde à vue au commissariat central de la ville des Hammadites, a-t-on appris auprès de Me Mourad Zenati, membre du collectif de défense des hirakistes à Béjaïa.

Me Zenati a tenu à préciser qu’en vertu de l’article 51 du code de procédure pénale, l’officier de police judiciaire peut recourir à la prolongation de cette procédure, sur autorisation écrite du procureur de la République compétent.

La même disposition de loi stipule que la durée initiale de la garde à vue, qui est de 48 heures, peut être prolongée “une fois, lorsqu’il s’agit d’atteinte aux systèmes de traitements automatisés de données”, “deux fois, lorsqu’il s’agit d’atteinte à la sûreté de l’État”, “trois fois, lorsqu’il s’agit de trafic de drogue, de crime transnational organisé, de blanchiment d’argent et d’infractions relatives à la législation des changes” et enfin, “cinq fois, lorsqu’il s’agit de crimes qualifiés d’actes terroristes ou subversifs”.

Pour rappel, le militant Zahir Moulaoui qui en est à son 6e jour de garde à vue, a fait partie des citoyens interpellés, mardi 5 octobre, alors qu’ils s’apprêtaient à organiser une manifestation de rue dans la ville de Béjaïa, à l’occasion de la commémoration du 33e anniversaire de la révolte populaire d’Octobre 1988.

Conduits au siège de la sûreté de wilaya, toutes les personnes arrêtées par la police ont été relâchées, hormis cet ancien policier qui avait rejoint, en mars 2019, les rangs du mouvement populaire né le 22 Février de la même année.
 

KAMAL OUHNIA