Élections locales du 27 novembre : le MSP opte pour la participation

TSA, 17 Septembre 2021

Le MSP participera aux élections locales du 27 novembre prochain. L’annonce a été faite ce vendredi 17 novembre par son président Abderrezak Makri, rapporte l’agence officielle.

S’exprimant lors des travaux de la 20e Université du mouvement tenue sous le slogan « Elections locales: défis et enjeux« , M. Makri a souligné que le MSP « poursuivra son combat politique constructif en participant à ces élections locales (…) et ne ménagera aucun effort au service du pays ».

« En dépit de la conjoncture actuelle qui prévaut dans le pays », le MSP « ne cédera pas au désespoir et à la frustration politique », a-t-il soutenu, exprimant « sa disposition à participer au débat et au dialogue constructif avec toutes les parties pour concrétiser le consensus politique au service du pays ».

Dans ce cadre, M. Makri a mis en avant « la nécessité de faciliter l’action militante de tous les partis, d’accorder la chance à tout un chacun et d’organiser des élections libres, régulières et transparentes en luttant contre la fraude ».

Le président du MSP a également insisté sur l’impératif de lutter contre la corruption et de sensibiliser les citoyens à une participation massive aux prochaines élections locales.

Concernant le plan d’action du gouvernement adopté, jeudi, par l’Assemblée populaire nationale (APN), M. Makri considère que ce programme « ne prévoit pas de vision prospective claire suivant des objectifs et des chiffres objectifs dans tous les domaines socioéconomiques et commerciaux, en adéquation avec la réalité du pays ».

Il a insisté sur « l’impératif de lutter contre la corruption vu la disponibilité des compétences et des capacités pour réaliser la relance économique », a-t-il dit, jugeant nécessaire de « lutter contre le marché parallèle, d’ouvrir l’investissement et d’accompagner les Petites et moyennes entreprises (PME) ».

M. Makri a enfin exprimé le rejet de sa formation politique de l’idée de recourir à « un règlement à l’amiable avec la Isaba (bande) pour la récupération des fonds pillés ».