Pourquoi le Maroc et Israël cherchent à impliquer l’Algérie avec l’Iran

Ryad Hamadi, TSA, 28 Août 2021

Entre l’Algérie et le Maroc, c’est de nouveau la tension extrême. Mardi 24 août, l’Algérie a rompu les relations diplomatiques avec son voisin, suite à une série de provocations et d’ « actes hostiles » de ce dernier.

Les motifs directs de cette rupture sont désormais connus de tous : soutien du Maroc à un projet sécessionniste en Algérie, espionnage à grande échelle ciblant de hauts responsables de l’État et tentative d’entraînement d’Israël dans ses litiges avec l’Algérie.

Cette dernière ne reconnait pas l’État hébreux et apporte depuis l’indépendance un soutien inconditionnel à la cause du peuple palestinien, mais l’éloignement géographique et les fondements de sa politique étrangère ont fait qu’elle n’était pas considérée comme une menace pour Israël.

Le 12 août dernier, le ministre des Affaires étrangères israélien, Yaïr Lapid, a pourtant présenté l’Algérie comme telle. Il l’a fait pour la première fois et à partir du territoire marocain.

Il a déclaré à la presse avoir évoqué avec ses hôtes marocains les « inquiétudes au sujet du rôle joué par l’Algérie dans la région, son rapprochement avec l’Iran et la campagne qu’elle a menée contre l’admission d’Israël en tant que membre observateur de l’Union africaine ».

L’Algérie avait réagi à l’annonce de la normalisation des relations entre Israël et le Maroc en novembre dernier, la considérant comme une menace à sa sécurité.

« L’Algérie est visée (…) Quand ont dit aux citoyens qu’il y a des opérations à l’étranger visant la stabilité du pays, voici les preuves, quand on voit que nous sommes entourés de dangers et de guerres. Il y a une volonté de ramener l’entité israélienne et sioniste à nos frontières », avait réagi le Premier ministre Abdelaziz Djerad, samedi 12 décembre.

Les observateurs avaient vu dans l’accord signé deux jours plutôt, jeudi 10 décembre sous l’égide de l’ex-président américain Donald Trump une manière pour le Maroc d’engranger du soutien pour ses thèses concernant le Sahara occidental puisqu’il prévoyait aussi la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le territoire occupé.

Mais au vu des développements de ces dernières semaines, il semble que c’est un nouvel axe qui s’est constitué dans la géopolitique régionale. Une source diplomatique israélienne l’a même dit explicitement au lendemain de la rupture entre les deux voisins maghrébins. « Israël et le Maroc sont une partie importante d’un axe pragmatique et positif dans la région face à un axe qui va en sens inverse et qui inclut l’Iran et l’Algérie », a déclaré la source à l’AFP.

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères est revenu à la charge ce jeudi 26 août. Il a accusé l’Algérie de devenir « depuis le début du printemps arabe, un passage pour les mouvements terroristes à l’instigation de l’Iran ».
Un précédent avec le Polisario et le Hezbollah

Il y a visiblement insistance à impliquer l’Algérie dans un problème qui ne la concerne pas et de la mettre dans la même case que l’Iran, vu par l’Occident et des pays du Golfe, à leur tête l’Arabie saoudite, comme « un État voyou », principalement à cause de son programme nucléaire et de son influence dans la région du Moyen-Orient.

L’Iran est accusé de chercher à se doter de l’arme nucléaire, et ses voisins du Golfe ainsi qu’Israël font tout pour l’en empêcher. Il fait l’objet de sanctions sévères de la part des États-Unis et des pays Occidentaux, et il est l’ennemi numéro un d’Israël et de l’Arabie saoudite.

L’Algérie, qui entretient des relations équilibrées avec les grandes puissances, a réagi fermement aux accusations israéliennes. Le ministère des Affaires étrangères avait parlé « de fuite en avant suicidaire » du Maroc qui cherche à entraîner « son nouvel allié moyen oriental dans une aventure hasardeuse dirigée contre l’Algérie, ses valeurs et ses positions de principe ».

À l’annonce de la rupture avec le Maroc, Ramtane Lamamra a dénoncé les accusations des deux alliés comme étant « absurdes » et ne méritant pas de réponse.

L’Algérie refuse d’être liée en quoi que ce soit au dossier iranien, mais elle assume ses relations avec ce pays. « Personne ne peut dicter à l’Algérie sa conduite. Les relations économiques avec l’Iran sont modestes à cause de l’embargo, la relation politique est là, nous respectons l’Iran et son histoire », a déclaré Lamamra à la même occasion.

Pour les motifs cités plus haut, Israël n’a pas de fortes raisons de désigner l’Algérie comme l’ennemi à abattre au même titre que l’Iran. La diplomatie algérienne a du reste directement pointé du doigt le Maroc comme étant la partie qui cherche à « entraîner » Israël dans une aventure contre son voisin qui sera de facto affaibli par sa mise au ban par une partie de la communauté internationale.

D’autant que la stratégie n’a rien de nouveau pour le Maroc. Si la diplomatie algérienne a ses fondamentaux et dogmes, son homologue marocaine a aussi ses méthodes constantes. En mai 2018, elle a tenté, sans succès, de discréditer le Front Polisario en l’accusant d’être soutenu par l’Iran via le Hezbollah libanais. En cherchant à l’impliquer dans un axe avec l’Iran, le Maroc et Israël cherchent surtout à diaboliser et à isoler l’Algérie sur la scène internationale.