L’instruction de l’affaire du journaliste Rabah Karèche bouclée

Il vient de passer un mois de détention à la prison de Tamanrasset

Liberté, 19 mai 2021

L’instruction de l’affaire du journaliste de Liberté, Rabah Karèche, emprisonné pour ses écrits à Tamanrasset, a été bouclée, avant-hier, lundi, a-t-on appris, hier, de son entourage familial. “L’instruction de l’affaire de notre frère Rabah a été bouclée lundi par le tribunal de Tamanrasset, m’a affirmé aujourd’hui Djamel Karèche, le frère du détenu, mais aucune date n’est encore fixée pour son procès”, nous a expliqué, hier, Mouloud Oukaci, membre du comité de soutien à Rabah Karèche, qui bouclait, hier, un mois de détention à la prison de Tamanrasset. Incarcéré depuis le 19 avril dernier, Rabah Karèche, dont la demande de remise en liberté provisoire introduite par ses avocats a été rejetée le 27 avril dernier, mais dont l’affaire n’a pas manqué de ternir davantage la justice algérienne, garde le moral intact, selon ses proches.

“Les membres de sa famille lui rendent visite constamment et ils l’informent à chaque fois des actions de solidarité qui s’organisent un peu partout pour le soutenir et cela ne manque pas de le réconforter, lui qui a déjà un moral d’acier grâce à ses convictions profondes de la justesse de ce qu’il accomplissait au profit des oubliés de Tamanrasset”, nous a assuré notre interlocuteur soutenant que les habitants de Yakourène demeurent toujours mobilisés pour le soutenir jusqu’à sa libération.

En effet, les habitants de sa région natale, qui participent chaque vendredi à la grande manifestation populaire qui a lieu dans la ville de Tizi Ouzou, où ils brandissent des portraits et des banderoles en soutien au journaliste, et qui ont également initié plusieurs autres actions de soutien, telles que la marche organisée le 27 avril dernier à Yakourène et le rassemblement organisé le 5 mai à Aït Bouhini, prévoient encore de nouvelles actions pour les prochains jours. “Nous comptons organiser un rassemblement de soutien devant le tribunal d’Azazga le jour même de sa comparution devant la justice à Tamanrasset. Nous comptons également continuer à nous mobiliser en nombre important chaque vendredi. Même si la police nous a confisqué, vendredi dernier, les banderoles et les portraits de Rabah Karèche, nous sommes en train d’en confectionner d’autres pour leur signifier que nous n’avons pas peur et que nous ne reculerons pas devant cette injustice dont est victime notre frère”, nous dira un membre du comité de soutien au journaliste.

Pour leur part, les avocats du Collectif de défense des détenus du hirak à Tizi Ouzou s’apprêtent à rendre visite à Rabah Karèche pour prendre en main sa défense. Selon Me Youcef Sahli, une trentaine d’avocats participeront à sa défense. Pour rappel, Rabah Karèche a été poursuivi officiellement pour les chefs d’inculpation d’“atteinte à l’intégrité du territoire national”, “administration d’un compte électronique pour y publier des renseignements, des idées et des informations susceptibles de provoquer le racisme et la haine dans la société” et “publication volontaire de fausses informations susceptibles de porter atteindre à l’ordre public”, mais le jour de son incarcération, il a longuement été interrogé sur son dernier article sur une manifestation contre le nouveau découpage administratif.

Samir LESLOUS