Elle a annoncé une journée de protestation pour aujourd’hui : La colère de l’intersyndicale de la santé

Asma Bersali, El Watan, 07 avril 2021

Les membres de l’intersyndicale de la santé ont décidé d’aller vers un premier mouvement de protestations aujourd’hui mercredi.

Dossier Covid, valorisation du corps médical et droit syndical sont les principaux dossiers pour lesquels les professionnels de la santé comptent débrayer aujourd’hui (mercredi). Les autorités sont désormais face à la montée de la colère sociale.

En plus des secteurs de l’éducation, des impôts et du commerce, c’est au tour des blouses blanches d’afficher leur colère. Les membres de l’intersyndicale de la santé ont décidé d’aller vers un premier mouvement de protestations aujourd’hui. Il s’agit d’une journée de grève nationale avec des sit-in dans les CHU et les principaux centres hospitaliers des autres régions du pays, où il n’existe pas de centres hospitalo-universitaires.

«Nous profitons de la Journée mondiale de la santé pour exprimer nos décisions concernant l’absence d’engagement des autorités quant à l’exécution de leurs promesses et aussi nos craintes d’un futur incertain pour le secteur», déclare Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), lors d’une conférence de presse animée, hier, au siège du Syndicat national des paramédicaux (SAP).

Les blouses blanches réclament, à travers cette action, une série de changements dans le secteur, notamment dans son volet socioprofessionnel. En tête des revendications, il est demandé une meilleure considération salariale pour les médecins. Dans ce sens, Lyes Merabet va jusqu’à demander une fonction publique spécialisée pour le secteur de la santé.

«Nous ne sommes pas pires que les autres pays du monde qui ont adopté cette nouvelle organisation avec des fonctions publiques spécialisées afin de s’adapter aux spécificités de chaque secteur. Il n’y a qu’à voir par la fenêtre pour constater que cette mesure est appliquée chez nos voisins de l’Est et de l’Ouest. Nous exigeons aussi une modification du système de sécurité sociale, où la tarification prise en compte date des années 1980. En gros, nous réclamons une modification et actualisation du système de santé», ajoute le Dr Merabet.

Les membres de l’intersyndicale de la santé demandent également la concrétisation des promesses du Président quant aux indemnités et primes spéciales Covid dues au personnel de la santé qui a perdu 220 de ses éléments, dont 176 médecins.

Il est cité lors de cette conférence de presse, la prime Covid non versée jusqu’à ce jour, les indemnités pour les familles qui ont perdu un des leurs à cause de cette pandémie, la bonification de la retraite de 6 mois pour les travailleurs de la santé et la reconnaissance de cette maladie comme «maladie professionnelle».

Le troisième dossier est celui de l’exercice syndical où les militants syndicaux sont visés par les mêmes pratiques sans aucun changement. L’intersyndicale de la santé promet de nouvelles actions similaires, mais plus virulentes, si aucune disposition n’a été prise pour la satisfaction de leurs demandes jugées légitimes.