Affaire Sonatrach 1: Un épilogue en dents de scie

Affaire Sonatrach 1: Un épilogue en dents de scie

par Mahdi Boukhalfa, Le Quotidien d’Oran, 3 février 2016

Des «oufs» de soulagement, des dépits et surtout beaucoup de questionnements, ont marqué, hier, mardi, l’énoncé du verdict de l’affaire de corruption qui avait éclaboussé le groupe pétrolier national Sonatrach.

A l’issue de débats, parfois poignants, souvent «ahurissants» par la teneur des faits, d’auditions des mis en cause et de plaidoiries, le procès des 19 personnes , morales et physiques, impliquées dans l’affaire dite ‘Sonatrach1′, a connu son épilogue, hier,mardi. L’ex P-DG de Sonatrach Mohamed Meziane, a été libéré, ayant écopé de 5 ans de prison avec sursis. Les autres accusés ont été condamnés à des peines plus ou moins importantes. Ainsi, une peine de 6 ans de réclusion criminelle, assortie d’une amende d’un (1) million de DA a été prononcée contre le principal accusé, le président du Conseil d’administration du Groupe algéro-allemand Contel Funkwerk, Al Ismail Mohamed Reda Djaafar. Une peine d’emprisonnement ferme de 6 ans assortie d’une amende de 2 millions de DA a été, également, prononcée contre Meziane Mohamed Reda, fils de l’ex P-DG de Sonatrach. Le tribunal a également, prononcé une peine de 6 ans de prison ferme et 2 millions de DA d’amende, à l’encontre de Meghaoui Yazid tandis que son père Meghaoui Hachemi (ex P-DG de la banque CPA) a écopé, quant à lui, de 5 ans de prison ferme et un (1) million de DA d’amende. L’ex vice-président chargé des Activités amont, Belkacem Boumédienne, a été condamné à 5 ans de réclusion criminelle, assortie d’une amende de 500.000 DA. Le Tribunal criminel a, aussi, prononcé une peine de 5 ans de réclusion criminelle, assortie d’une amende de 1 million de DA contre le second fils de l’ex P-DG de Sonatrach, Meziane Bachir Fouzi. Dix-huit (18) mois de prison, avec sursis et une amende de 100.000 DA, ont été prononcés contre la gérante du bureau d’étude «CAD» Meliani Nouria. Quant à Rahal Mohamed Chawki, Sanhadji Mohamed, Zenasni Benmeur, Hassani Mustapha, Cheikh Mustapha, Abdelaziz Abdelouahab et Ait Houcine Mouloud, ils ont été acquittés. Par ailleurs, une amende de 5 millions de DA a été infligée à la société allemande Funkwerk Plettac, tandis que les trois autres sociétés, la SARL Contel Algérie, les groupes algéro-allemand Contel-Funkwerk et italien Saipem Contracting Algeria ont été condamnés, chacun à une amende de 4 millions de DA.

Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public avait requis des peines de prison, allant d’une année à 15 ans contre 15 accusés et une amende de 5 millions de dinars contre 4 entreprises étrangères. Par contre, la défense avait plaidé l’acquittement des mis en cause. Selon l’arrêt de renvoi, l’affaire portait sur 3 gros marchés douteux, conclus entre le groupe Sonatrach et les sociétés impliquées dans ce dossier. Il s’agit des projets d’acquisition d’équipements de télésurveillance et de protection électronique des complexes du groupe pétrolier, à travers le pays, du gazoduc devant relier l’Algérie à l’Italie (Sardaigne) et du projet de réhabilitation de l’ancien siège du Groupe Sonatrach à Ghermoul, occupé un moment par le ministère de l’Energie, dans les années 1990. Les chefs d’inculpation portaient, notamment, sur «commandement et organisation d’une association de malfaiteurs, trafic d’influence, corruption, passation de marchés publics contraires à la législation et réglementation en vigueur, dilapidation de deniers publics, blanchiment d’argent, octroi d’avantages injustifiés, au profit d’autrui et augmentation des prix, lors de la passation des marchés».

«Le procès s’est tenu en présence de l’ensemble des collectifs de défense des 15 personnes et 4 sociétés impliquées dans cette affaire, ainsi que 110 témoins (2 témoins étant décédés) mentionnés dans l’arrêt de renvoi.