Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats

M. Aziza, Le Quotidien d’Oran, 4 mars 2021

Le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a entamé une série de rencontres avec le partenaire social. Après avoir reçu les organisations des parents d’élève, M.Oudajout a rencontré les représentants des syndicats, entre autres l’Unpef, le Cnapeste lundi dernier. Pour recevoir hier, encore un groupe de syndicats parmi eux le Snapest. Dans ce contexte de malaise social et socio-professionnel, notamment avec la crise sanitaire qui prévaut, ces rencontres sont en fait un signe d’apaisement qui permettra d’ouvrir un dialogue franc avec les acteurs du secteur.

A travers une vidéo diffusée sur la page officielle de son syndicat, Sadek Dziri, président du bureau national de l’Unpef a affirmé que ces rencontres avec le ministre s’inscrivent dans le cadre du dialogue avec les partenaires sociaux. «Un dialogue qui ne devrait jamais s’interrompre et qui devra donner à tous les partenaires sociaux le droit à la parole et le droit de défendre le secteur mais aussi faire des propositions et participer dans le cadre de toutes les réformes engagées, sans exception ».

Le président de l’UNPEF a exposé à l’instar des autres formations syndicales les dossiers qui sont restés en suspens. En précisant que « malheureusement, il n’y a aucune nouveauté par rapport à la retraite anticipée, ni pour le statut particulier » et ni même pour l’application de décret présidentiel 14-266, fixant la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires pour le secteur de l’éducation.

M.Deziri a également souligné qu’aucune réponse positive n’a été donnée concernant la demande exigeant le «plafonnement» du nombre des séances notamment pour les matières essentielles, plus précisément les mathématiques. Pour rappel, les syndicats ont proposé de «limiter les cours hebdomadaires à 20 pour le cycle primaire, 26 pour le cycle moyen et 22 pour le cycle secondaire». Sadek Dziri a affirmé avoir soulevé, en outre, le problème de l’ouverture de nouveaux postes de travail en faveur des sortants de l’ENS qui sont au nombre de 2.800. Ainsi que les contractuels qui ne sont toujours pas confirmés. Le président de l’UNPEF a averti que la non satisfaction des revendications, entrainera forcement une instabilité dans le secteur.

A noter que des syndicats ont appelé à la tenue d’assemblées à travers leurs bureaux nationaux, ainsi que des conseils nationaux, pour faire des propositions sur les éventuels mouvements de protestation. Et ce pour obtenir des réponses concrètes sur une série de revendications qui sont restées en suspens, en dépit des rappels incessants.

Ainsi, le syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) , a appelé , à travers un communiqué rendu public, à une assemblée extraordinaire de son conseil national avant les vacances du 1er trimestre. Ainsi que la tenue des assemblées au niveau des différentes sections des syndicats. Idem, pour le Cnapeste qui a appelé ses adhérents à tenir des assemblées générales simultanées mardi prochain pour présenter des propositions sur la stratégie des mouvements de contestation. Ainsi que la convocation d’un conseil national dont la date sera fixée ultérieurement.