Condamnation d’Ameur Guerrache : Situation précaire à Ouargla après une nuit d’affrontements

Houria Alioua, El Watan, 02 mars 2021

La famille d’Ameur Guerrache, dont la mère a renouvelé son appel au chef de l’Etat pour relâcher son fils, et la défense du détenu estiment que «rien ne l’incrimine».

La situation reste précaire à Ouargla après une longue nuit d’affrontements entre les jeunes du quartier Mekhadma et les forces de l’ordre, malgré la multiplication des appels au calme, suite au verdict rendu par le tribunal criminel de Ouargla dans l’affaire d’Ameur Guerrache, activiste trentenaire condamné le 28 février à 7 ans de prison ferme pour «apologie de terrorisme».

La famille d’Ameur Guerrache, dont la mère a renouvelé son appel au chef de l’Etat pour relâcher son fils, et la défense du détenu estiment que «rien ne l’incrimine», en ce sens que «les vidéos faisant office de preuves présentées par l’accusation concernent surtout le développement local de la wilaya de Ouargla et le droit à l’emploi pour ses chômeurs», explique, à El Watan, Me Chebouat Ahmed Selon lui, «l’enquête basée sur des tribunes publiées sur les réseaux sociaux n’apporte pas la preuve et ne démontre point les chefs d’accusation non avérés».

«Nous ferons appel bien sûr et nous conforterons notre ligne de défense, puisqu’un consortium d’avocats de toutes les villes du pays vient de s’instituer pour défendre Ameur Guerrache», annonce l’avocat. Lundi, Me Abdelghani Badi avait en effet déclaré sur sa page Facebook que Guerrache ne sera pas seul face à ses juges en deuxième instance.

Le collectif de la Voie ouvrière pour le socialisme a, pour sa part, dénoncé ce qu’il a qualifié de «thérapies répressives qui renforcent le camp des réactionnaires et les apprentis sorciers qui instrumentalisent le malheur des masses pour servir leurs desseins moyenâgeux et autres jeux de l’impérialisme et des oppresseurs locaux».

Il a apporté son entière solidarité à la lutte des chômeurs à Ouargla, Oum El Bouaghi, Laghouat et appelé à l’institution d’une prime chômage à tous les demandeurs d’emploi égale au SNMG, l’interdiction des licenciements, le retour à la retraite proportionnelle et sans condition d’âge, l’interdiction de la sous-traitance, qui marchande les travailleurs comme de vulgaires objets, l’interdiction des heures supplémentaires et la répartition du travail entre tous.

Pour l’activiste Bachir Bousmaha, «Ouargla est certes en ébullition, il s’agit d’une réaction spontanée, mais c’est devenu une question d’opinion publique nationale qui a même pris une dimension internationale, l’enjeu local prime évidemment et la solidarité est effective». Cette voix sage et écoutée n’a toutefois pas réussi à apaiser les jeunes du quartier Mekhadma, fief d’Ameur Guerrache, et la colère s’est propagée à Sokra et Aïn Beïda.

Entre colère et indignation, les voix se sont élevées dès la prononciation du verdict devant le tribunal pour réclamer justice et unifier les rangs afin d’organiser une riposte, qui s’est avérée très virulente toute la journée du dimanche où les pneus en feu ont brûlé toute la nuit.

A partir de 20h30, les jeunes manifestants, poursuivis par les forces de l’ordre jusqu’à l’entrée de Mekhadma pour les y circonscrire, ont réussi à s’extirper des lieux et déplacer l’émeute sur le grande avenue de la Palestine, l’axe névralgique de la ville où la circulation a été bloquée pendant toute la nuit, contraignant les automobilistes à emprunter les ruelles de la zone d’activités pour rejoindre l’évitement de la ville et se rendre soit à Haï Enasr ou à Sokra pour ceux revenant à Ouargla-Centre.

Des tirs de sommation ont été entendus par les habitants des quartiers alentours, notamment les 460 et 750 Logements où des vidéos ont immortalisé cette nuit de colère, largement partagées et commentées sur les réseaux sociaux. On y entend notamment des appels à un procès équitable et à accorder une écoute aux revendications véhiculées par Ameur Guerrache dans ses vidéos, partagées à l’envi ces deux derniers jours.

A Ouargla, le ressentiment contre les autorités locales et centrales s’accroît depuis des années et se focalise sur l’emploi dans le secteur pétrolier et l’absence de développement local, qui sont longtemps restés les points focaux des mouvements sociaux. Le procès d’Ameur Guerrache marque une montée de cette hostilité qui exige non seulement l’acquittement de cet activiste, mais aussi une révision totale de la gestion des priorités de cette région, perçue comme étant la principale pourvoyeuse des ressources du pays, alors qu’elle reste politiquement secondaire et marginalisée.

Pour rappel, Ameur Guerrache a été placé sous mandat de dépôt le 2 juillet dernier, après avoir été interpellé la veille à 4h.