Réformes engagées par le président Tebboune: Le franc soutien de Macron

Liberté, 23 février 2021

Le président français Emmanuel Macron a apporté dimanche son franc soutien aux réformes entreprises par le président Abdelmadjid Tebboune, saluant au passage, notamment la libération des détenus d’opinion.

Lors d’une conversation téléphonique entre les deux responsables, le chef de l’État français a salué “ l’amnistie des détenus d’opinion décidée par le président algérien Abdelmadjid Tebboune à l’occasion du 2e anniversaire du soulèvement populaire du Hirak”, a indiqué l’Élysée, dimanche, repris par l’AFP. Le communiqué de l’Élysée a précisé que la conversation entre les deux hommes a eu lieu, samedi.

“Le président de la République lui a fait part de son soutien à la mise œuvre des réformes en cours”, a encore ajouté le communiqué de l’Élysée. Les réformes auxquelles fait référence le président français sont la dissolution de l’APN et le remaniement ministériel opéré avant-hier soir.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois qu’Emmanuel Macron réagit avec célérité aux décisions des hautes autorités algériennes. Il est l’un des rares chefs d’État à entretenir, et de manière régulière, le contact avec le président Tebboune.

Même lorsque ce dernier était en convalescence après sa contamination par la Covid-19, Emmanuel Macron a maintenu les échanges avec son homologue algérien. Des échanges lors desquels, la coopération entre les deux pays était au centre des discussions.

“ Les deux chefs d’État ont convenu de renforcer les échanges et la coopération entre la France et l’Algérie”, a souligné l’Élysée, ajoutant que les deux présidents “ont, en outre, échangé sur les suites à donner au rapport sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie que Benjamin Stora a remis au président de la République, le 20 janvier dernier”.

Concernant ce volet, à en croire l’Élysée, Emmanuel Macron a souligné “la qualité” et “la pertinence” du rapport de Benjamin Stora, réitérant, à l’occasion, “sa volonté de continuer le travail de mémoire, de reconnaissance de la vérité et de réconciliation”.

Le rapport de Benjamin Stora, pour rappel, a été reçu d’une manière très mitigée en Algérie. Le document remis à Emanuel Macron a suscité beaucoup de réactions dont la majorité a considéré que le rapport “n’engage en aucune manière la partie algérienne”.

M. MOULOUDJ