Brahim Laâlami condamné à deux ans de prison ferme

Rédaction TSA, 15 février 2021

L’activiste du hirak Chams-Eddine Laâlami dit Brahim a été condamné ce lundi 15 février à deux ans de prison ferme et une amende de 200.000 dinars par le tribunal de Bordj Bou Arreridj, indique le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Le 8 février, lors de son procès, le collectif des avocats de la défense du détenu Brahim Laalami « s’est retiré du procès, juste après la lecture d’une déclaration, et a refusé de plaider en l’absence de garanties d’un procès équitable », rappelle le CNLD.

Le parquet avait requis une peine de 4 ans de prison et amende de 500.000 dinars à l’encontre de Brahim Laâlami qui a refusé le procès à distance, selon la même source.

Le 9 septembre, Brahim Laâlami, son frère Moussa Laâlami (17 ans) et Mourad Cheliga avaient été placés sous mandat de dépôt après présentation en comparution immédiate, rappelle encore le CNLD, en précisant que Yasser Laâlami a été relâché.

A Annaba, Mouna Bouloudenine a été condamnée à un an de prison dont 6 mois de prison ferme et 6 mois de sursis et une amende de 50 000 DA, selon le CNLD. Le 1er février, lors de son procès, le parquet avait requis 2 ans de prison ferme à l’encontre de cette enseignante, poursuivie pour « publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national », selon le CNLD