Dialogue national palestinien au Caire : Les factions palestiniennes concluent un accord

Farès Chahine, El Watan, 11 février 2021

L’annonce de cet accord sur la tenue des élections générales n’a pas soulevé l’enthousiasme dans la rue palestinienne. Les multiples échecs des accords conclus par le passé entre Fatah et Hamas, au moment de leur application sur le terrain, poussent les citoyens à rester prudents.

Au terme de deux jours de dialogue national au Caire, les factions palestiniennes ont conclu un accord sur la tenue des élections générales, qui reprend les grandes lignes du décret signé par le président Mahmoud Abbas en janvier dernier.

Dans un communiqué final publié à l’issue des sessions de dialogue national, les factions palestiniennes, dont Fatah et Hamas, ont affirmé qu’elles respecteraient le calendrier fixé par le décret présidentiel.

Elles ont souligné que ces élections devaient se dérouler dans l’ensemble des Territoires palestiniens occupés, Cisjordanie y compris la ville sainte d’Al Qods (Jérusalem-Est) et la bande de Ghaza, pour le conseil législatif et la présidentielle. Les factions palestiniennes se sont engagées à respecter les résultats de ces élections.

Les différents acteurs de la vie politique palestinienne ont convenu également que la cour des affaires électorales sera constituée par consensus et comprendra des juges de la Cisjordanie, dont des juges résidents à Al Qods et de la bande de Ghaza.
Advertisements

Cette cour sera chargée de suivre toutes les questions relatives au processus électoral, à ses résultats et aux questions soulevées. Elle sera formée selon un décret présidentiel qui précise ses fonctions sur la base de ce consensus et conformément à la loi, précise le communiqué.

Les factions palestiniennes veulent que ce soit la police palestinienne en uniforme et personne d’autre qui sera habilitée à sécuriser les bureaux de vote. Afin de créer un environnement propice pour la tenue d’élections libres et propres, elles se sont engagées à assurer la liberté d’expression, la libération immédiate des prisonniers politiques et de mettre un terme aux poursuites de personnes pour leurs appartenances politiques ou leurs opinions.

Elles ont appelé le président Mahmoud Abbas à publier un décret contraignant et à former un comité national pour suivre la mise en œuvre des décisions prises au Caire. Les factions palestiniennes se sont accordées également sur la constitution d’un comité chargé de suivre l’application des mesures visant à remédier à tous les aspects politiques et sociaux ayant résulté de la division palestinienne.

Selon le décret présidentiel, signé au mois de janvier 2021, les élections législatives auront lieu le 22 mai, l’élection présidentielle le 31 juillet et celles du Conseil national palestinien, le Parlement en exil de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) le 31 août.

L’annonce de cet accord n’a pas soulevé l’enthousiasme dans la rue palestinienne. Les multiples échecs des accords conclus par le passé entre Fatah et Hamas, au moment de leur application sur le terrain, poussent les citoyens à rester prudents.