Ces chantiers urgents qui attendent Abdelmadjid Tebboune

Il a regagné le pays mardi soir, plus de deux mois après son hospitalisation

Madjid Makedhi, El Watan, 31 décembre 2020

Le président Abdelmadjid Tebboune est rentré au pays. L’avion qui l’a ramené d’Allemagne, où il était hospitalisé depuis la fin du mois d’octobre dernier, a atterri, mardi en début de soirée, à l’aéroport militaire de Boufarik, dans la wilaya de Blida.

L’annonce de son retour a été faite au journal télévisé de 20h de la Télévision publique, EPTV, qui a diffusé les premières images du chef de l’Etat dans le salon d’honneur de l’aéroport, entouré des présidents des deux Chambres du Parlement, du président du Conseil constitutionnel, du chef de l’état-major de l’ANP et du Premier ministre.

Dans une brève déclaration, Abdelmadjid Tebboune fait part de la difficulté d’être loin du pays. «C’est difficile d’être loin de son pays et plus difficile encore pour quelqu’un qui a beaucoup de responsabilités», affirme-t-il, en rassurant qu’il ne lui restait que peu pour «une guérison totale».

Mais les images diffusées par la télévision ont vite suscité des réactions des internautes algériens. Sur les réseaux sociaux, une séquence attire l’attention. Il s’agit de l’attelle de couleur blanche au niveau du pied droit du chef de l’Etat. Les commentateurs ont ainsi été intrigués par cela, et surtout par le fait qu’aucune image de l’accueil officiel du président à sa descente d’avion n’a été diffusée. Ils s’interrogent de ce fait sur la santé du président Tebboune, même si, faut-il le souligner, il paraissait avoir meilleure mine par rapport à celle qu’il avait montrée lors de son enregistrement vidéo diffusé le 13 décembre, sur sa page Twitter.

Agenda chargé

Hier, en tout cas, la présidence de la République a annoncé la reprise des activités officielles du président Tebboune, qui reçu le chef d’état-major de l’ANP. Son agenda pour les prochains jours est déjà très chargé. Après plus de deux mois d’absence, Abdelmadjid Tebboune retrouve plusieurs dossiers en attente, dont certains revêtent un caractère urgent.
C’est le cas de la loi de finances 2021, qui doit être signée avant la fin de l’année pour une entrée en vigueur à partir du 1er janvier. A cet effet, il devra présider, au plus tard aujourd’hui, la cérémonie protocolaire habituelle. A moins qu’il décide de se passer de cette tradition et d’apposer sa signature sur le texte dans son bureau. L’autre dossier en attente depuis deux mois est la nouvelle Constitution révisée et soumise au référendum le 1er novembre dernier.

Le texte adopté avec seulement une minorité du corps électoral attend sa promulgation par le chef de l’Etat pour que ses nouvelles dispositions entrent officiellement en vigueur. Que décidera Abdelmadjid Tebboune concernant ce texte ? Compte tenu du taux de participation historiquement bas au référendum du 1er novembre dernier, des voix, dont celles de constitutionnalistes, ont appelé le locataire du palais d’El Mouradia à faire «une lecture politique des résultats du scrutin référendaire».

Le troisième dossier qui nécessite un traitement rapide est le projet de la révision de la loi électorale. S’étant engagé à organiser des législatives et des locales anticipées, le chef de l’Etat devra accélérer le processus pour mettre en place une nouvelle loi électorale nécessaire pour la tenue de ces nouvelles échéances. Toujours sur le plan politique, des interrogations s’imposent sur l’avenir du gouvernement de Abdelaziz Djerad, sévèrement critiqué récemment par des députés à l’APN, au même titre que certains ministres. Décidera-t-il de changer ou de remanier l’Exécutif ? Attendons pour voir.

Concernant la question sanitaire, Abdelmadjid Tebboune, qui avait exigé le lancement de l’opération de vaccination en janvier prochain, devra trancher urgemment sur le choix du vaccin devant être importé. Et pour cause, le gouvernement chargé de cette mission n’a pas pris la responsabilité de choisir le fournisseur potentiel de cette «potion magique», même si le choix est limité. Une décision rapide s’impose pour rattraper l’énorme retard accumulé.

Séance de travail avec le chef d’état-major de l’ANP

Le président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, Abdelmadjid Tebboune, a tenu hier une séance de travail avec le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d’armée Saïd Chanegriha, qui s’est félicité à nouveau du retour du Président au pays et lui a présenté un rapport sur la situation interne et les derniers développements dans les pays voisins et au niveau des frontières, indique un communiqué de la Présidence.

«Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, a tenu aujourd’hui une séance de travail avec le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d’armée Saïd Chanegriha, qui s’est félicité à nouveau du retour du Président au pays et lui a présenté un rapport sur la situation interne et les derniers développements dans les pays voisins et au niveau des frontières», précise la même source.