Tribunal de Sidi-M’hamed: 12 ans de prison requis contre Ouyahia et Ghoul

Karim Aimeur, Le Soir d’Algérie, 30 décembre 2020

Le procès de l’homme d’affaires Benfassih Mohamed dans lequel sont impliqués l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et les deux anciens ministres des Transports et des Travaux publics, Amar Ghoul et Abdelghani Zaâlane, s’est poursuivi, hier, au pôle pénal financier et économique près le tribunal de Sidi-M’hamed, avec les plaidoiries des avocats de la défense.

Karim Aimeur – Alger (Le Soir) – Avant l’entame des plaidoiries, le procureur général a prononcé un réquisitoire sévère à l’encontre de tous les accusés, contre lesquels il a demandé des peines de prison ferme allant de 5 à 12 ans.

Ainsi, le procureur général a requis une lourde peine de 12 ans de prison ferme à l’encontre de l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et de l’ancien ministre des Transports et des Travaux publics Amar Ghoul. Comme il a demandé une peine de 10 ans de prison à l’encontre du deuxième ancien ministre des Transports et des Travaux publics, impliqué dans l’affaire Abdelghani Zaâlane. Une amende de 1 million de dinars chacun est demandée également à ces trois anciens membres du gouvernement qui sont poursuivis pour « abus de fonction », « conflit d’intérêts », « dilapidation de deniers publics » et « octroi d’indus avantages » dans ce procès qui concerne la vente de terrains relevant des Domaines de l’État situés dans le tissu urbain de la ville de Skikda à des investisseurs à des prix en deçà de leur véritable valeur, et des concessions accordées à des investisseurs dont Mohamed Benfassih.

Le représentant du parquet a demandé 8 ans de prison assortie d’une amende de 1 million de dinars à l’encontre du principal accusé, Mohamed Benfassih.
Ce dernier avait bénéficié d’un terrain de 25 hectares pour la réalisation d’un projet touristique et d’une licence d’exploitation d’un terrain de deux hectares au port de Skikda dans le cadre d’un investissement dans la transformation de l’asphalte et des travaux publics. Projets qu’il n’a jamais réalisés.

Pour les autres accusés, le procureur a requis des peines allant de 5 à 10 ans de prison ferme. Ainsi, de lourdes peines sont requises contre les trois anciens walis de cette wilaya, en l’occurrence Mohamed Bouderbali (10 ans), Fouzi Belhocine (8 ans) et Derfouf Hadjri (7 ans) assorties d’une amende de 1 million de dinars contre chacun.
Le procureur de la République a demandé, en outre, des peines de 6 ans de prison ferme à l’encontre de l’ancien SG du ministère des Transports, Ahmed Mouhareb, 5 ans de prison contre l’ancien DG de l’Entreprise du port de Skikda, Laïdi Lemrabet, et 6 ans contre l’ancien directeur des Domaines de Skikda, Amara Rachid.
Lors de leurs auditions avant-hier, les accusés ont rejeté les accusations dont ils font l’objet. Ahmed Ouyahia a affirmé que l’affaire relève de la gestion des affaires locales tandis que le principal accusé a évoqué des blocages bureaucratiques et administratifs l’ayant empêché de lancer ses projets.
K. A.