Marché noir de la cigarette : l’Algérie au cœur d’un scandale mondial

Nabil Mansouri, Maghreb Emergent, 29 décembre 2020

La multinationale américaine Philip Morris International (PMI), spécialisée dans la production du tabac, est accusée d’organiser le marché noir mondial de la cigarette, dont celui de la France, à partir de l’Algérie.

Selon le Journal du dimanche (JDD), une plainte a été déposée le 2 novembre à New York contre Philip Morris International (PMI), par le directeur de la société d’études genevoise « MS Intelligence » (MSI), Raoul Setrouk, l’accusant d’inonder le marché noir mondial de la cigarette à partir de l’Algérie.

«Philip Morris International a intentionnellement et activement inondé le marché algérien de cigarettes bon marché, sachant qu’un flux régulier de ces cigarettes serait revendu en France», a-t-il déclaré au journal français.

Dans ces accusations, le directeur de MSI a été soutenu par le député écologiste François-Michel Lambert, qui s’est déclaré prêt à traduire le géant américain du tabac devant la justice française, « si les preuves fournies s’avéraient solides ».

Setrouk assure, que la multinationale approvisionne elle-même le marché noir français depuis l’Algérie. Ces cigarettes « introduites clandestinement à travers la Méditerranée » représenteraient 4,5% du marché, provoquant une perte fiscale estimée à plus de 400 millions d’euros par an. Au total, la majeure partie des cigarettes non taxées du marché hexagonal serait composé de produits PMI, rapporte le média français.

Ainsi, Raoul Setrouk réclame une somme de 40 millions d’euros à PMI qu’il accuse «de vol de propriété intellectuelle suivi d’une concurrence déloyale».

Philip Morris International conteste toutes les accusations

Contacté par le média français, la société Philip Morris International a déclaré que «les poursuites ont été lancées “indûment” et elles reposent sur des “allégations infondées”». Tout en niant toute «participation à un commerce parallèle illégal», la multinationale a expliqué que «le seul but de ces accusations est de tenter de discréditer PMI en forçant notre entreprise à un règlement monétaire».

Après avoir pris connaissance de la plainte déposée à New York par le directeur de MSI contre PMI, le député écologiste François-Michel Lambert a adressé le 24 novembre une question écrite au gouvernement pour attirer son attention sur cette affaire, rapporte la même source.

Rappelons que Philip Morris est présent en Algérie depuis 2005, en partenariat avec la société Staem, pour la fabrication et la distribution sous licence des marques Marlboro et L&M. l’Algérie offre un potentiel énorme pour la croissance future, avec un marché de la cigarette estimé à 30 milliards d’unités.

Philip Morris International dispose, depuis 2013, de près de 25% dans la Société des Tabacs Algéro-Emiratie (Staem), détenue à 51% par AITA et à 49% par le groupe public algérien SNTA (Société Nationale des Tabacs et Allumettes).