Kherrata toujours fidèle au Hirak

La ville a abrité hier une marche citoyenne

Liberté, 20 décembre 2020

Malgré le froid glacial qui sévit ces jours-ci dans la localité, la ville de Kherrata continue toujours de manifester sa fidélité au Hirak via ses marches hebdomadaires les samedis.

En effet, hier, pour le troisième samedi consécutif, après une trêve observée par le Hirak pour cause de rebond de l’épidémie de Covid-19, les artères de la ville ont vibré sous les pas de centaines de hirakistes de la région. Comme toutes les précédentes marches du Hirak, celle d’hier n’a pas dérogé à la règle.

Peu avant 10h, des manifestants ont commencé à converger vers la place du 16-Février, point de départ de la manifestation. À 10h30, la procession humaine s’est ébranlée pour aller jusqu’en face du siège de l’APC.

Brandissant le drapeau national et l’emblème amazigh et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire, entre autres slogans, “Admettez votre échec en tout esprit sportif”, “Système dégage”, “Pour un État civil et non militaire”, “Pour une transition démocratique” et “Le Hirak est l’honneur des Algériens”, les manifestants ont parcouru l’itinéraire habituel de leurs précédentes marches en traversant l’axe principal du centre-ville.

Tout au long de la marche, les manifestants ont scandé les slogans chers au mouvement populaire du 22 Février 2019. “Y en a marre des généraux”, “Y en a marre de la îssaba”, “Système dégage”, “Libérez les détenus d’opinion et politiques”, “Presse libre et justice indépendante” sont autant de slogans scandés sans relâche par la foule durant toute la durée de la manifestation.

À leur arrivée devant le siège de la mairie de Kherrata, point de chute de la marche, les manifestants ont marqué une halte en scandant en chœur les mêmes slogans avant de se disperser dans le calme, en se donnant rendez-vous pour samedi prochain.

À travers la reprise de ces marches du samedi par le Hirak à Kherrata, les hirakistes veulent transmettre un seul message. Celui de continuer le combat de leur mouvement jusqu’à son aboutissement.

 

L. OUBIRA