Conflit du Sahara occidental : Le Front Polisario dénonce le parti pris de la France

El Watan, 30 novembre 2020

Le représentant sahraoui du Front Polisario à Paris, Mohamed Sidati, a dénoncé samedi la politique et le «parti pris aveugle» de la France en faveur du Maroc, a rapporté hier l’APS.

Vision qui «retarde et complique la tâche» de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination du Sahara occidental (Minurso) a soutenu le diplomate sahraoui à l’issue de la grande manifestation tenue samedi à Paris pour dénoncer l’agression marocaine contre des civils sahraouis à Guerguerat.

Comme il a appelé l’Organisation des Nations unies (ONU) à agir pour obliger le Maroc à se conformer au droit international et la France à «cesser d’avoir une attitude partisane qui va à l’encontre du droit international et d’une solution juste et pacifique». «Un changement dans la politique française ne peut qu’aider et hâter à une solution juste», a-t-il affirmé. Il a observé que Paris devrait adopter une «position qui conforterait les résolutions internationales et encouragerait l’application du droit international, ainsi que cesser d’être partie du problème pour aider grandement au retour du Maroc à la légalité internationale».

Dans cet esprit, il a appelé le gouvernement français à «cesser d’avoir une attitude partisane qui ne fait que perdurer l’injustice», estimant qu’il est temps que la France «contribue à une solution juste et pacifique au Sahara occidental, et ce, dans l’intérêt de la paix, la sécurité et la stabilité de toute la région du Maghreb».

Il a affirmé que le Collectif des associations de la communauté sahraouie en France, soutenu par la Plateforme de solidarité avec le peuple du Sahara occidental, a exigé une réunion urgente du Conseil de sécurité pour restaurer le droit et rétablir la légalité internationale «bafoués par la communauté internationale». D’où la «frustration et déception dans les esprits des Sahraouis devant l’attitude de la Minurso et par ricochet de l’ONU qui sont restées inactives face aux agressions marocaines visant à dévier et saper le processus des Nations unies pour l’autodétermination du peuple sahraoui».

Le rassemblement sur la place de la République à Paris a eu lieu samedi à l’appel du Collectif des associations de la communauté sahraouie en France et la Plateforme pour la solidarité avec le peuple du Sahara occidental.

Les forces d’occupation marocaines ont violé le cessez-le-feu signé en 1991 par Rabat et le Front Polisario sous l’égide de l’ONU, en menant une agression militaire contre des civils sahraouis dans la région de Guerguerat le 13 novembre en cours, une zone considérée par l’ONU comme étant une région désarmée, suscitant de vives condamnations internationales.