Hausse alarmante des contaminations et des décès : Vague meurtrière

Madjid Makedhi, El Watan, 11 novembre 2020

C’est la première fois depuis le début de la crise sanitaire due à la propagation du virus que le pays enregistre un tel nombre de personnes atteintes de cette maladie.

Nouveau record de contaminations au coronavirus en Algérie. Le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de Covid-19 annonce l’enregistrement de 757 nouveaux cas durant les dernières 24heures. Ce chiffre fait peur.

C’est la première fois depuis le début de la crise sanitaire due à la propagation du virus que le pays enregistre un tel nombre de personnes atteintes de cette maladie. La situation devient de plus en plus inquiétante.

Et la peur est palpable chez les citoyens, qui pensent désormais que le virus se propage plus rapidement qu’auparavant. Comme l’affirment des médecins, il est encore plus virulent. Le nombre de morts à cause de ce virus est trop élevé.

Alors le comité scientifique annonce une moyenne de 10 décès quotidiennement, sur internet lees internautes annoncent, chaque jours, un nombre plus supérieur de morts de leur proches et connaissances à cause de Covid-19.

La psychose s’installe dans le pays. Comment on en est arrivé là ? Les autorités pointent du doigt le comportement des citoyens qui, par leur relâchement et leur non-respect de la distanciation sociale, ont favorisé la circulation du virus. Il y a, certainement, une grande part de vérité dans cette affirmation.

En raison des failles de la communication officielle sur cette maladie et les règles de prévention qu’il faut adopter, la population refuse de prendre au sérieux le risque. Mais pas seulement. La fermeté dans l’application des mesures décidées par les autorités a également fait défaut.

Depuis le début de déconfinement, en été dernier, les autorités chargées de faire respecter la loi ont laissé faire les gens qui sont revenus, vite, à leurs anciennes habitudes : regroupement des les espaces publics et dans les cafés, bavettes abandonnés et contacts étroits dans les marchés.

Les autorités également n’ont pas donné l’exemple. La campagne électorale pour le référendum sur la révision constitutionnelle du 1er novembre dernier serait aussi un facteur aggravant de la situation sanitaire.

En effet, les rassemblements et meetings organisés par les partis et organisations ayant soutenus le projet se sont déroulés, en majorité, sans le respect des moindres mesures de prévention. Les résultats commencent à se faire ressentir maintenant.