Cour d’Alger : demande de liberté provisoire rejetée pour Rachid Nekkaz

Rédaction, TSA, 11 Novembre 2020

La Chambre d’accusation près la Cour d’Alger a rejeté ce mercredi 11 novembre la demande de liberté provisoire pour Rachid Nekkaz, a-t-on appris de Me Zoubida Assoul, membre du collectif de défense de l’activiste politique.

Une autre demande sera introduite dans un délai de 45 jours par la défense, précise Me Assoul. M. Nekkaz avait été placé sous mandat de dépôt le 4 décembre 2019 par le juge d’instruction du tribunal de Dar El Beida à Alger, rappelle l’avocate.

Selon Me Assoul, la justice reproche à Nekkaz « ses fameuses déclarations contre l’exploitation du gaz de schiste et le contrat avec Total pour l’offshore », ainsi que des faits qui remontent à la présidentielle du 12 décembre.

« M. Nekkaz avait lancé un appel à la population afin de surveiller les tentatives de fraude. On lui a collé les accusations relatives à incitation à prendre les armes contre les autorités de l’État, incitation à attroupement non armé et atteinte à la sécurité du pays », précise Me Assoul.

Selon le CNLD, M. Nekkaz est poursuivi pour « incitation à porter des armes contre des représentants de l’État et incitation à attroupement non armé et publication Facebook pouvant porter atteinte à l’intérêt national ».