Mouvement populaire: Interpellation de cinq étudiants à Alger

Iddir Nadir, El Watan, 21 octobre 2020

Des arrestations sont toujours opérées parmi les activistes du mouvement populaire. Hier, cinq étudiants ont été interpellés dans un restaurant de la rue Tanger (Alger).

Une alerte diffusée sur la page Facebook du Comité national pour la libération des détenus d’opinion (CNLD) a précisé : «Arrestation de l’étudiant Abdennour Ait Saïd et 4 étudiantes à la rue Tanger, alors qu’ils étaient en train de manger.

Ils sont actuellement au commissariat de Cavaignac.» L’information, qui a fait le tour de la Toile, a ému d’autant que les personnes interpellées sont connues pour leur forte implication dans les marches des étudiants.

A l’heure où nous mettons sous presse, aucune information n’est rendue publique sur le sort des étudiants interpellés. Plusieurs renvois de dossiers impliquant des activistes ont été signalés hier par le CNLD.

Au tribunal de Béjaïa, le procès des 22 personnes libérées avec convocations (citation directe) pour le 15 septembre (32 personnes arrêtées au total vendredi 19 juin) est renvoyé à l’audience du 8 décembre prochain, alors qu’il était initialement programmé hier, précise le Comité.

A Annaba, le procès de Kamel Larbaoui, placé sous mandat de dépôt hier, est renvoyé à l’audience du 27 octobre sur demande du procureur. Larbaoui a été placé sous mandat de dépôt en comparution immédiate après avoir été présenté devant le procureur du tribunal d’Annaba le 20 octobre 2020.

Il a été arrêté, la première fois, dans la nuit du samedi 17 octobre devant la Marine d’Annaba, au moment où il diffusait des vidéos pour appeler à intervenir pour sauver les harraga disparus depuis quelques jours, précise le CNLD.
Advertisements

A Batna, le parquet a requis 100 000 DA d’amende à l’encontre de Sami Abbas lors de son procès au tribunal de Merouana. Le verdict est renvoyé au 3 novembre prochain.

Accusations : outrage à corps constitué. A Béjaïa, le procès du détenu Yanis Adjlia est renvoyé à l’audience du 27 octobre 2020, alors qu’il était initialement programmé pour le mardi 20 octobre, après le renvoi du 13 octobre.

L’activiste a été placé sous mandat de dépôt, après comparution immédiate le 6 octobre au tribunal de Béjaïa. Son procès a été renvoyé à l’audience du 13 octobre 2020.

Les chefs d’inculpation : «atteinte à la personne du président de la République», «attroupement non armé», «incitation à attroupement non armé», et «exposition au danger de la vie et l’intégrité physique d’autrui».

Il est à préciser que le verdict dans le procès des 18 manifestants arrêtés le 5 octobre dernier à Alger sera connu aujourd’hui. Relevons que 18 des 42 manifestants interpellés ont été présentés devant le tribunal : 9 sur les 18 manifestants présentés ont été placés sous mandat de dépôt le 8 octobre.

Ces derniers risquent un an de prison ferme et 100 000 DA d’amende, tandis que les 9 autres, qui ont été jugés libres, risquent un an de prison ferme et 50 000 DA d’amende.

Notons que les 24 autres personnes interpellées devront se présenter au tribunal le 10 novembre prochain.