Crise libyenne : La Conférence de Tunis apportera-t-elle du nouveau ?

Mourad Sellami, El Watan, 14 octobre 2020

Stéphanie Williams, la cheffe de la mission de soutien de l’ONU en Libye, a confirmé, avant-hier à Tunis, que la prochaine conférence politique libyenne se tiendra en novembre en Tunisie, et ce, suite à sa rencontre avec le président Saïed. Mme Williams a dit espérer que la conférence parvienne à asseoir les bases de prochaines élections et ouvrir la voie à la démocratie en Libye.

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a réaffirmé, en accueillant la représentante de l’Unsmil, que la meilleure solution pour parvenir à une paix permanente en Libye, c’est d’établir un dialogue libyo-libyen, n’excluant personne. «La rencontre de Tunis pourrait élaborer une organisation provisoire des pouvoirs, qui servirait de références constitutionnelles, en attendant d’adopter une Constitution», a indiqué le président Saïed à Stéphanie Williams. Le président tunisien a appelé son homologue algérien, Abdelmadjid Tebboune, pour évoquer les relations bilatérales et les derniers développements au niveau régional, notamment le dossier libyen.

Le président algérien a salué l’organisation par la Tunisie du dialogue interlibyen sous l’égide de l’ONU, prévu en novembre prochain, selon un communiqué de la présidence algérienne, repris par l’agence APS.

Stéphanie Williams a affirmé, pour sa part, lors du point de presse qu’elle a tenu avec le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jarendi, que «l’objectif de la rencontre interlibyenne en Tunisie, c’est de parvenir à des élections nationales, ouvrant la voie à la démocratie en Libye et donnant de la légitimité aux institutions libyennes».

Pour la cheffe de la mission de soutien de l’ONU en Libye, la rencontre de Tunis va établir les dispositions pour tenir ces élections, le plus rapidement possible. Et la principale de ces dispositions, c’est d’installer un pouvoir exécutif garantissant les services vitaux au peuple libyen et préparant, en même temps, les élections.

Le calendrier de l’Unsmil est clair, pour la période à venir. Il contient, surtout, la reprise des négociations militaires 5+5 à Genève. L’ONU espère parvenir à un cessez-le feu permanent en Libye. «Pareil accord serait un tremplin idéal pour la conférence politique de Tunis», pense Mme Williams, optimiste en s’inspirant des signaux évidents de réconciliation, constatés dans les rencontres de Montreux (Suisse), Bouznika (Maroc) et au Caire (Egypte).

Scepticisme

Du côté des observateurs de la scène politique libyenne, le scepticisme est de mise. «Après les innombrables conférences sur la question libyenne, l’optimisme n’a plus honnêtement de place», répond directement le juge libyen, Jamel Bennour, rencontré à Tunis. Pour lui, «il est impératif de trouver des solutions aux questions militaires. Autrement, pas de solution».

L’ancien président du 1er Conseil révolutionnaire de Benghazi doute de la capacité de l’ONU à trouver une solution. «Ni les groupes armés de l’Ouest, ni l’ANL de Haftar ne vont accepter les solutions des politiciens, issues de rencontres comme celle de Tunis», assure-t-il. Interrogé sur les principes d’une solution de la crise, dans son pays, Jamel Bennour reconnaît que cela lui échappe, tellement les éléments de la crise sont complexes et font intervenir plusieurs parties étrangères à travers leurs agents en Libye.

Le politologue libyen Ezzeddine Aguil n’est pas, non plus, optimiste. Quoi que pacifiste et défenseur des solutions pacifiques pour les conflits au sein d’un même peuple, comme la Libye, le politologue ne voit pas qui pourrait obliger les Libyens à faire la paix, puisque le Conseil de sécurité ne parvient pas à imposer l’embargo de vente des armes pour les deux principaux belligérants.

«La Turquie et le Qatar, d’un côté ; les Emirats et l’Egypte, de l’autre, continuent à armer Al Sarraj et Haftar, au vu et au su de tout le monde. Donc, plus la peine de nous mentir», dit-il arborant un sourire amer. La majorité des Libyens rêvent de paix. Mais, ils n’y croient plus. La conférence de Tunis n’attire pas leur attention.

Tunis
De notre correspondant  Mourad Sellami