En sotien aux détenus du hirak: Marches à Kherrata, à Souk El-Tenine et à Seddouk

Liberté, 11 octobre 2020

Trois marches pacifiques ont été organisées, hier, par le mouvement populaire dans trois localités de la wilaya de Béjaïa. Il s’agit des chefs-lieux des daïras de Kherrata, de Souk El-Tenine et de Seddouk. La ville historique de Kherrata, qui reste fidèle à ses marches hebdomadaires, était, hier, à son dixième samedi de marche.

En effet, depuis le déconfinement partiel, la ville a décidé de renouer avec les manifestations de rue chaque samedi. Comme toutes les précédentes marches, celle d’hier a enregistré une forte mobilisation citoyenne. Vers 10h, les manifestants commençaient à affluer vers la place du 16 Février, point de départ habituel de ces marches hebdomadaires.

Brandissant le drapeau national et l’emblème amazigh, les centaines de manifestants ont battu le pavé jusqu’en face du siège de l’APC avant de se disperser dans le calme. Tout au long de l’itinéraire de la marche, les manifestants ont scandé les slogans habituels du mouvement populaire, particulièrement celui-ci : “Libérez tous les détenus d’opinion”.

La ville de Souk El-Tenine, une station balnéaire de la côte est de Béjaïa, a décidé, hier, de renouer, elle aussi, avec les marches du Hirak. C’est à 10h que des dizaines de manifestants ont donné le coup d’envoi de leur première marche depuis le déconfinement.

La procession humaine a démarré du centre-ville pour sillonner la RN9 jusqu’au siège de la daïra. À noter que les manifestants n’ont brandi aucune pancarte ou emblème durant leur marche. Ils se sont contentés de scander uniquement les slogans phare du mouvement populaire du 22 Février 2019.

Devant le siège de la daïra, les manifestants se sont rassemblés pour observer une minute de silence à la mémoire des martyrs de la démocratie avant de se disperser dans le calme.

Le chef-lieu de la daïra de Seddouk est l’autre région qui a abrité, hier, une marche pacifique du Hirak. Une manifestation de rue qui a vu dans cette localité une forte mobilisation populaire avec la participation de la gent féminine.

La procession humaine s’est ébranlée du siège de l’APC pour sillonner les artères principales de la ville et revenir à son point de départ. Comme à Kherrata et à Souk El-Tenine, les manifestants ont scandé les slogans traditionnels du mouvement.

À leur retour au point de départ de la marche, une prise de parole a été improvisée. Les intervenants, qui se sont relayés au micro, ont tous appelé à la libération des détenus d’opinion et à la mobilisation populaire avant que les manifestants ne se dispersent dans le
calme.

L. OUBIRA