Les annonces du président Tebboune : Les partis politiques divisés !

Nabila Amir, El Watan, 23 septembre 2020

Si le discours du président Tebboune a convaincu certains partis politiques, qui ont de tout temps soutenu les actions du pouvoir, comme le FLN, le RND, Taj, le MPA, El Islah, El Fadjr El Djadid, El Moustakbal… D’autres préfèrent attendre avant de se prononcer sur les réformes engagées, arguant qu’ils n’ont aucune assurance quant à leur concrétisation sur le terrain.

De leur côté, les principaux partis de l’opposition, représentés dans le Pacte de l’alternative démocratique (PAD), dénoncent et rejettent sans aucune tergiversation la démarche des autorités et les réformes annoncées, à leur tête le projet de révision de la Constitution. Ils appellent par la même occasion à une journée de mobilisation le 10 octobre prochain.

Pour Zoubida Assoul, leader de l’Union pour le changement et le progrès (UCP), le président Tebboune est toujours dans la politique d’effet d’annonce. «Si on était en démocratie qu’on nous jalouse, pourquoi il n’y a pas de débat contradictoire sur l’amendement de la Constitution ?» s’interroge Mme Assoul, estimant que le chef de l’Etat a choisi de faire alliance avec ce qu’il appelle la société civile pour créer sa majorité au sein des futures assemblées, «donc il s’agit de la politique de la carotte et du bâton, et il persiste dans l’instrumentalisation de la justice en orientant l’opinion publique concernant l’affaire du journaliste Khaled Drareni, sans le citer», déplore notre interlocutrice, persuadée qu’il y a une volonté de la part du pouvoir d’éliminer le pluralisme politique et les partis de l’opposition.

Concernant les chantiers économiques, Mme Assoul dit n’avoir rien vu sur le terrain : ni amendement des textes de loi relatifs à la fiscalité et la réforme bancaire, ni la réforme administrative, etc. En somme, pour Mme Assoul, il n’y a pas de changement palpable…

Pour sa part, Soufiane Djilali de Jil Jadid est dans l’expectative. «Nous n’avons aucune garantie quant à l’application des décisions annoncées par Tebboune. Il a déclaré qu’après le référendum, il y aura du nouveau, donc les choses stratégiques et les grands dossiers s’ouvriront à l’issue de cette consultation. Nous attendons pour voir», note M. Djilali. Selon ce dernier, «si l’on veut entrer dans une nouvelle phase et construire une nouvelle Algérie, il faut des changements à la base et non du replâtrage».

Soufiane Djilali pense que globalement les projets lancés par M. Tebboune répondent à une logique interne. «Les grandes réformes ont commencé par la Constitution, qui est une Constitution d’étape, puis il faut en finir avec l’APN et les assemblées locales et élus qui ne sont pas représentatifs. Il faut un sérieux toilettage si l’on veut opérer un changement à la base», affirme le président de Jil Jadid. Les partis qui ont applaudi le discours de M. Tebboune ont annoncé leur adhésion à son programme et se sont proposés pour accompagner et soutenir tête baissée ses réformes et projets.

Pour le FLN, le RND et leurs alliés, M. Tebboune est en train de tenir ses promesses faites aux Algériens lors de sa campagne électorale. Selon eux, les annonces faites et explications livrées, ce dimanche, par le Président ne sont qu’une suite logique de ce qu’il a entamé depuis son élection. Ces partis ont affiché haut leur soutien et leur appui au processus de réformes devant mener à la nouvelle Algérie.