Larbaâ Nath Irathen (Tizi Ouzou) : Libération d’un détenu du hirak

Hafid Azzouzi, El Watan, 01 septembre 2020

Mis sous mandat de dépôt la semaine dernière, Ali Kerad, jeune militant du mouvement populaire enclenché, à l’échelle nationale, le 22 février 2019, pour le départ du système, a été libéré, hier, par le tribunal de Larbaâ Nath Irathen, à 30 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou. Le verdict de cette affaire, dont les chefs d’inculpations sont liés aux publications du mis en cause sur les réseaux sociaux, fait état d’une condamnation à six mois de prison avec sursis, assortie d’une amende de 50 000 DA.

Le procureur avait, à l’issue de son réquisitoire, réclamé deux ans de prison ferme.

Notons qu’Ali Kerad a été poursuivi pour outrage à corps constitué et atteinte à la personne du président de la République. Par ailleurs, en guise de soutien au désormais ex-détenu, un grand rassemblement a été observé, hier, durant la matinée, devant le tribunal de Larbaâ Nath Irathen, où des dizaines de personnes qui ont participé à cette action ont exigé la libération d’Ali Kerad et de tous les autres prisonniers du hirak.

Pour rappel, pas moins de 17 détenus du mouvement populaire, poursuivis notamment pour leurs publications sur Facebook et arrêtés lors de la marche du 19 juin dernier à Tizi Ouzou, ont été libérés depuis le début août dernier. Les membres du collectif des avocats de la défense des détenus du hirak ont souvent estimé que «les dossiers de ces affaires sont vides. C’est pour cela que nous insistons toujours sur l’acquittement de ces jeunes, parce que les accusations ne tiennent pas la route», ont-ils expliqué.