Le ministère du commerce réactualise sa liste : Le sucre et les pâtes alimentaires interdits à l’exportation

Zhor Hadjam, El Watan, 27 août 2020

Le sucre et les pâtes alimentaires, sous toutes leurs formes, figurent désormais dans la liste réactualisée d’une cinquantaine de produits interdits à l’exportation, établie par le ministère du Commerce.

Selon le document transmis aux opérateurs économiques, le ministère détaille 55 positions et sous-positions tarifaires douanières suspendues à l’exportation, dans le cadre des mesures prises par le gouvernement en vue de garantir la disponibilité des produits alimentaires de première nécessité et des produits sanitaires, tels que les masques de protection nécessaires pour lutter contre la pandémie de Covid-19. La mesure fait suite à une décision prise par le gouvernement dès le début de la crise sanitaire, vers la fin du mois de mars, afin d’interdire près d’une vingtaine de produits à l’exportation sur instruction du président Abdelmadjid Tebboune.

Le ministère du Commerce avait ensuite annoncé, le 10 août, «la levée de l’interdiction à l’export des marchandises produites localement en quantités suffisantes afin de répondre à la demande importante des citoyens». Il s’agissait d’interdire les produits subventionnés ou fabriqués à partir de matières subventionnées, et les produits destinés à lutter contre la pandémie de coronavirus, tels que les produits de désinfection sanitaire, les masques de protection, et les gels hydroalcooliques.

La nouvelle liste réactualisée englobe différents types de produits : semoule et farine, les pâtes alimentaires sous toutes leurs formes, le sucre raffiné ou brut sous toutes ses formes, l’ail, l’huile de soja destinée à usage alimentaire ou industriel, les masques, les gels et les savons pour les mains.

Dès le début de la crise sanitaire résultant de la pandémie de coronavirus, 17 produits considérés stratégiques avaient été interdits à l’export, suite à une décision du président de la République. Ainsi, il avait été décrété la suspension temporaire de «tout produit stratégique, qu’il soit médical ou alimentaire, jusqu’à la fin de la crise, et ce, pour sauvegarder le stock stratégique national».

Il s’agissait notamment de produits alimentaires, pharmaceutiques, d’hygiène corporelle, de détergents ménagers, d’équipements médicaux et paramédicaux.

Un assouplissement avait été ensuite annoncé par le ministère du Commerce aux opérateurs concernés, avant qu’il ne décide, hier, de réactualiser sa liste et de la spécifier, produit par produit, une cinquantaine de produits interdits à l’exportation, dont les pâtes, les semoules, le couscous, le sucre et d’huile de soja, notamment.