Manque de liquidités dans les bureaux de poste : Les tensions perdurent

Hocine Lamriben, El Watan, 23 août 2020

De nombreux clients d’Algérie Poste (AP) ont déploré, au cours de la semaine dernière, un manque de liquidés à travers de nombreuses wilayas, dont Alger, Delfa, Skikda, Ouargla, Chlef et Béchar.

Le problème du manque de liquidités dans les bureaux de poste persiste en dépit des mesures annoncées par le gouvernement pour enrayer ce problème récurent.

De nombreux clients d’Algérie Poste (AP) ont déploré, au cours de la semaine dernière, un manque de liquidés à travers de nombreuses wilayas, dont Alger, Delfa, Skikda, Ouargla, Chlef et Béchar.

D’aucuns ont pointé du doigt également les pannes fréquentes qui affectent les Distributeurs automatiques de billets (DAB) relevant d’Algérie Poste.

Cette situation des plus pénalisantes, qui a provoqué de longues files d’attente devant les bureaux de poste, en pleine période de crise sanitaire, nourrit la grogne des clients d’AP, laquelle, selon eux, a failli dans sa mission à assurer des liquidités sur son réseau postal.

A la veille de la fête de l’Aïd El Adha, AP avait annoncé, par la voix de son directeur général, Abdelkrim Dahmani, une série de mesures afin de régler le problème de liquidités.

Le DG de l’entreprise publique, qui gère pas moins de 22 millions de comptes postaux, a mis en avant la possibilité de faire des retraits aux guichets automatiques des billets (GAB) d’Algérie Poste et ceux des banques. «Algérie Poste dispose actuellement de 1400 GAB et les retraits des clients d’Algérie Poste via les GAB des banques ne constituent que près de 10%», avait-il précisé.

Le même responsable avait assuré que la promotion des moyens électroniques de paiement demeure la solution idéale pour faire face définitivement au problème de liquidités.

«Il existe parmi les mesures prises par les pouvoirs publics, les opérations d’entraide entre les wilayas qui connaissent soit un excès soit un déficit en liquidités», avait-il rappelé, ajoutant que «cette mesure prise en concertation avec la BA a permis d’alimenter en liquidités un nombre de bureaux de poste dans plusieurs wilayas du pays». Il avait aussi annoncé des mesures prises à l’égard des 3 millions de retraités disposant de comptes courant postaux, pour éviter les grandes affluences.

Mais, ces mesures ne semblent ne pas enrayer le manque de liquidités. Sur la page Facebook d’AP, des clients de l’entreprise n’ont pas manqué d’exprimer leur mécontentement.

Ils réclament des solutions et des explications à propos de la persistance du problème de manque de liquidités. Pour le moment, Algérie Poste n’a pas jugé utile de fournir des explications à ses clients. Début août, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, avait crié au «complot» au sujet du manque de liquidités dans le réseau postal, à la surprise générale.

Certains citoyens «retirent de l’argent quotidiennement et pendant plusieurs jours. Après examen, il s’est avéré qu’il s’agit d’un complot afin de créer des problèmes durant les jours précédant l’Aïd El Adha», avait-il accusé.

A la veille de l’Aïd El Adha, «ce problème n’a pas été enregistré», ce qui implique de «chercher l’origine de ce problème», avait argué le Premier ministre, notant que «dans l’attente des résultats des enquêtes, des indices montrent qu’il s’agit d’actes malveillants visant à semer la confusion parmi les citoyens».

Le président Tebboune avait, quant à lui, instruit son gouvernement d’ouvrir une enquête pour déterminer les causes du manque de liquidités dans certaines banques et bureaux de poste.

Au lendemain d’une réunion interministérielle consacrée à l’examen de la situation de la disponibilité des liquidités dans le réseau postal, le Premier ministre avait justifié le problème de manque de liquidités par la situation particulière que vit l’Algérie, à savoir les effets de la crise sanitaire Covid-19.

Pour faire face à cette situation, le Premier ministre avait annoncé l’étalement pendant le mois du versement des salaires et retraites, l’augmentation des liquidités détenues par les bureaux de poste jusqu’à l’implication des banques et de la société civile.

 

Des DAB souvent en panne

Des abonnés d’Algérie Poste ont pointé du doigt les pannes fréquentes qui affectent les distributeurs automatiques de billets relevant du réseau postal. Par conséquent, ils se retrouvent dans l’obligation de faire la queue à l’intérieur des bureaux de poste, qui manquent souvent de liquidités et connaissent des bousculades.

Outre les pannes, le réseau postal n’est pas suffisamment doté en DAB. Le nombre des DAB/GAB est passé à peine de 1441 distributeurs en 2018 à 1621 l’année passée, selon le Groupement d’intérêt économique (GIE), organe de régulation de la monétique en Algérie. Le pays demeure à la traîne par rapport à ses voisins du Maghreb. H. L.