Tizi Ouzou : Un rassemblement de soutien à Drareni empêché

Hafid Azzouzi, El Watan, 16 août 2020

Une action de soutien au journaliste Khaled Drareni, condamné à trois ans de prison ferme, a été empêchée, hier, à Tizi Ouzou.

Des hommes de la presse et des avocats, entre autres, ont organisé, durant la matinée, un rassemblement devant l’ancienne mairie du chef-lieu de wilaya.

Ils ont déployé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : «Le journalisme n’est pas un crime» et «Libérez Drareni», tout en scandant des slogans en faveur de la libération de Khaled Drareni. Puis, des éléments de la police sont intervenus pour empêcher le rassemblement et disperser les manifestants.

Les présents à ce rassemblement ont dénoncé cet empêchement qu’ils qualifient «d’atteinte à la liberté de manifester». «Nous avons marqué le point malgré l’intervention de la police», estiment les initiateurs de cette action, dont des membres du collectif de journalistes de Tizi Ouzou (CJTO), qui avaient déjà réagi au lendemain de la condamnation de Drareni.

Ainsi, dans un communiqué, accompagné d’une pétition, rendu public mardi, le CJTO a souligné que l’objectif de l’incarcération de Drareni est «de réduire au silence une plume libre, un journaliste professionnel et autonome qu’on a voulu punir pour l’exemple et sacrifier sur l’autel du nouvel ordre politique, qui vise à régenter et à façonner, à sa convenance, le champ de l’expression médiatique et des libertés».

«Indignés par l’injustice qui est faite à leur confrère Khaled Drareni, les journalistes de Tizi Ouzou, signataires de la présente, dénoncent la condamnation injuste de leur confrère et exigent sa libération immédiate et inconditionnelle», soutient le même document, qui ajoute que cette condamnation est «injuste et totalement disproportionnée par rapport aux prétendus faits reprochés».

Les rédacteurs du même texte plaident aussi pour un journalisme «réellement indépendant, professionnel, responsable et libéré de toute tutelle».