Le procès Kouninef fixé au 19 août

Abla Chérif, Le Soir d’Algérie, 30 juillet 2020
 
C’est désormais officiel : le procès des frères Kouninef se tiendra le 19 août prochain au tribunal de Sidi-M’hamed, à Alger.
L’affaire n’est pas des moindres. Les Kouninef sont parmi les premiers hommes d’affaires à avoir été arrêtés et incarcérés dans le cadre d’une opération anti-corruption inédite lancée dans le pays au lendemain de la chute du régime de Abdelaziz Bouteflika. Ils ont la réputation d’avoir entretenu une grande proximité avec la famille présidentielle en général, et plus particulièrement encore avec le frère conseiller du Président.
Selon les informations que nous détenons, les mis en cause ont été d’ailleurs tour à tour interrogés sur leurs liens avec Saïd Bouteflika durant l’enquête. Ce dernier serait lui aussi cité en qualité de témoin dans l’affaire, mais tout porte à croire qu’il persisterait dans sa décision de garder le silence face la justice.
Les Kouninef ont été, en revanche, interrogés à plusieurs reprises depuis leur incarcération. Ils sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation dont «trafic d’influence», «détournement de foncier et de concessions», ainsi que «non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics».
L’enquête judiciaire a pris de longs mois, des commissions rogatoires ont été dépêchées à l’étranger pour établir la liste des biens détenus par les concernés. Ce n’est pas tout puisque depuis ce mardi, des informations insistantes faisaient état de leur inculpation dans un second dossier relatif à des projets liés aux travaux publics et l’hydraulique.
Cette nouvelle affaire a, de ce fait, retardé la programmation du procès qui devait au préalable se tenir à la fin du mois en cours. Cette fois, elle ne concerne pas uniquement les frères Kouninef, les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal sont également cités dans le dossier. Ils ont d’ailleurs été auditionnés il y a quelques jours au niveau de la Cour suprême où se déroule cette nouvelle enquête. Ouyahia est soupçonné d’avoir accordé de très grands avantages aux concernés, leur permettant, nous dit-on, d’acquérir un grand projet de huilerie dans la wilaya de Jijel. Ce projet a été réévalué en faveur des Kouninef en plein conseil du CNI — Conseil national pour la promotion de l’investissement — et le fait a été suivi par une intervention personnelle de l’ex-chef de gouvernement afin que des crédits bancaires soient alloués aux concernés pour un soutien financier à leur projet.
A. C.