Tigzirt (Tizi Ouzou) : Marche pour la libération des détenus

Hafid Azzouzi, El Watan, 13 juin 2020

Des centaines de personnes ont battu le pavé, jeudi, dans la ville côtière de Tigzirt, à 40 kilomètres au nord de Tizi Ouzou, et ce, à l’occasion d’une imposante marche à laquelle ont appelé les citoyens d’El Kelaâ afin d’exiger la libération de l’un des habitants de leur village, Mohamend Arezki Amrani (Mourad) incarcéré pour ses activités (publications postées sur les réseaux sociaux) liées au mouvement populaire enclenché le 22 février 2019 pour le changement du système.

Les participants à cette action de terrain ont dénoncé la manière avec laquelle a été interpellé, par la police, ce jeune militant de la section locale du FFS, mis sous mandat de dépôt mardi dernier.

La procession s’est ainsi ébranlée de la place du cinéma Mizrana de l’antique Iomnium, pour se diriger vers le siège du tribunal, tout en sillonnant les principales artères de la ville. Parmi les marcheurs, figuraient des élus de la région, à l’image du député du RCD, Mohand Arezki Hamdous.

Ce dernier a insisté sur la nécessité de maintenir la mobilisation afin, a-t-il déclaré, d’aboutir à la libération des prisonniers du hirak qui croupissent encore dans les geôles du pouvoir. Les manifestants ont également scandé des slogans hostiles au pouvoir, comme ils ont aussi crié : «Libérez les détenu !» et «Non à la justice du téléphone !».

Ils ont également brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire, entre autres, «Cessez le chantage et libérez les otages», «Halte aux intimidations» et «Primauté du civil sur le militaire». «Nous dénonçons les intimidations dont font l’objet d’autres militants du hirak», a martelé un marcheur dans une foule grandiose qui s’est dispersée dans le calme.

Par ailleurs, selon Me Saïd Halit qui a rendu visite, avec son confrère Hamid Morsli, mercredi, au détenu en question, à la maison d’arrêt de Tizi Ouzou, le procès de Mourad Amrani, programmé au tribunal de Tigzirt, est délocalisé à la cour d’appel de Tizi Ouzou en raison de la Covid-19.

D’ailleurs, en signe de solidarité avec le mis en cause et en guise de soutien aussi à Salim Rahim, un autre jeune du village El Kelaâ, qui a été convoqué pour comparaître devant la justice, le même jour, un sit-in est prévu le 15 juin au chef-lieu de wilaya.