Des avocats dénoncent les conditions d’incarcération de Zakaria Boussaha

Prison de l’Allalick (Annaba)

Liberté, 9 juin 2020

Le collectif de défense du jeune militant, Zakaria Boussaha, incarcéré depuis le 14 avril à la prison de l’Allalick, à Annaba, a dénoncé via un communiqué rendu public, ce lundi, les abus dont fait l’objet leur client.

Après une visite rendue au détenu incarcéré temporairement à la prison d’Allalick, son collectif de défense dit l’avoir trouvé « en uniforme des prisonniers condamnés définitivement, alors que son procès n’a pas encore eu lieu ».

« Selon ses déclarations, il a été soumis à des pressions psychologiques et à certaines pratiques arbitraires pour avoir refusé d’être placé dans la même salle que les condamnés définitifs, dans des affaires criminelles… », lit-ont dans le communiqué.

Selon les avocats, Zakaria Bousaha avait introduit 3 demandes afin de téléphoner à sa familles, mais en vain. « Il a été informé par les agents que ses demandes ont été rejetées par le procureur près du tribunal d’el Hadjar », ajoute le communiqué.

En outre, le collectif des avocats de la défense condamne les pratiques dont Zakaria Boussaha est victime et réclame d’ « établir la justice et l’équité entre les détenus, sans discrimination et abus, et sans atteinte à la dignité humaines et aux droits de l’homme ».

Pour rappel, le jeune militant est accusé d’ « incitation à attroupement non armé » et « publications ayant pour but de porter atteinte à l’intérêt national ».

Son procès est programmé pour le 16 juin, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Kenza Sifi