Renforcement du confinement pendant l’Aïd : Que décidera le gouvernement ?

Djamila Kourta, El Watan, 17 mai 2020

L’augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans certaines wilayas qui avoisinent les statistiques enregistrées dans la wilaya de Blida au début de l’épidémie inquiète le conseil scientifique qui reste intransigeant sur la levée du confinement tant que l’incidence reste toujours aussi élevée.

Le renforcement du protocole sanitaire en vigueur est fortement recommandé par les membres du conseil scientifique du suivi et de l’évolution de l’épidémie Covid-19 soit par un confinement total durant les deux journées de l’Aïd ou par un couvre-feu à partir de 15h au lieu de 17h pour toutes les wilayas du pays.

La décision revient au Premier ministre, comme cela a été le cas pour toutes les décisions relatives au confinement pour empêcher la propagation de l’épidémie qui connaît une courbe ascendante avec de nouveaux clusters dans certaines régions du pays.

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid a en effet déclaré vendredi au journal électronique Esseha que le conseil scientifique qu’il préside préconise «un renforcement du dispositif du confinement durant cette fête religieuse, comme cela a été décrété par l’Arabie Saoudite pour une période de cinq jours». Il a expliqué que «cela pouvait être aussi appliqué chez nous», précisant que la décision revenait aux hautes autorités du pays.

L’augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans certaines wilayas qui avoisinent les statistiques enregistrées dans la wilaya de Blida au début de l’épidémie inquiète le conseil scientifique qui reste intransigeant sur la levée du confinement tant que l’incidence reste toujours aussi élevée.

187 cas confirmés au Covid-19 et 7 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures entre jeudi et vendredi, selon le bilan du ministère de la Santé et les wilayas d’Alger, Oran, Sétif, Constantine et Adrar ont enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas durant cette période.

Vu cette situation épidémique qui n’a pas connu de baisse durant les dix derniers jours, le conseil scientifique avait alerté au courant de la semaine dernière sur le risque d’une flambée du nombre de cas après la fête de l’Aïd.

Vu que la décision ne leur revient pas, les membres du conseil scientifique ont fait ainsi deux propositions en insistant sur l’ensemble des mesures préventives, notamment les gestes barrières, avec le port du masque dans certains lieux publics et dans les lieux fermés afin de briser la chaîne de contamination et éviter un regain du nombre de cas de Covid-19.

«Nous sommes convaincus que la seule manière de faire respecter toutes ces mesures de prévention est la sensibilisation de la population sur les dangers de cette maladie contagieuse et ses conséquences sur la vie humaine.

Il reste que le citoyen algérien, s’il est assez sensibilisé, peut contribuer de manière responsable à lutter contre cette maladie par les gestes barrières recommandés», a déclaré Abdelkrim Touahria, membre du conseil scientifique et président du Conseil de l’Ordre des pharmaciens.

Et de signaler : «Cette sensibilisation doit être justement axée sur le respect du confinement bien avant le jour de l’Aïd, où il y a une forte activité des citoyens auprès des commerces, pendant l’Aid et après les deux journées de fête, sachant que de tradition les visites familiales sont sacrées.»

Notre interlocuteur précise : «Il est connu qu’ à la veille de l’Aïd les magasins sont pris d’assaut pour s’approvisionner en denrées alimentaires et parfois pour acheter des vêtements, comme cela se fait actuellement à rideau fermé.»

«Si le confinement est limité seulement aux deux journées, rien n’empêchera les gens d’aller, le troisième ou quatrième jour, rendre visite à leurs proches. Le problème de contamination et la circulation du virus seront toujours posés, voire même amplifiés avec ce genre de rassemblements familiaux», a-t-il ajouté tout en appelant les citoyens à se protéger et à protéger les autres avec le port du masque et le respect des mesures préventives pour «ne pas mettre en péril tous les efforts consentis jusque-là dans la lutte contre la Covid-19». Abdelkrim Touahria a plaidé pour la généralisation du port du masque dans un éventuel déconfinement.

Par ailleurs, le conseil scientifique a émis un avis contre les opérations de circoncision organisées annuellement le 27e jour du mois de Ramadhan. Dans une instruction ministérielle datant du 14 mai, il est demandé à tous les DSP et directeurs d’établissement de santé de «différer momentanément toute opération de circoncision jusqu’à l’amélioration de la situation sanitaire».

Il est rappelé que «ces opérations de circoncision sont organisées de façon collective avec un nombre d’accompagnants important dans les hôpitaux, mais aussi de fêtes familiales regroupant un grand nombre de personnes». L’instruction ministérielle considère que cette célébration, qui coïncide avec l’épidémie de Covid-19, «est incompatible avec les mesures de prévention prises pour réduire les risques de contagion et de propagation».