Le juge a ordonné un complément d’enquête: Mohamed Djemaï reste en prison

Ali Boukhlef, Liberté, 30 avril 2020

Mohamed Djemaï ne sort pas de prison. Détenu depuis plus de 8 mois officiellement pour avoir “menacé” un journaliste, et pour “participation à la destruction de documents de preuves officiels”, l’ancien secrétaire général du FLN ne quittera pas la prison de sitôt. La demande de libération conditionnelle, introduite par ses avocats, a été rejetée par la Cour d’Alger qui a examiné son dossier, hier, en appel.

La chambre d’accusation du tribunal de Sidi M’hamed avait en effet accepté la programmation du procès de l’un des hommes politiques les plus controversés du pays. Mais le procureur général a fait appel. Le président de la chambre d’accusation de la Cour d’Alger a donc refusé de fixer la date du procès. “Le juge a ordonné un complément d’enquête”, indique un dirigeant du FLN, contacté hier par téléphone.

Député de Tébessa jusqu’à ce que la plénière de l’APN lui retire son immunité parlementaire en septembre 2019, Mohamed Djemaï se trouve à la prison d’El-Harrach. Avant de s’investir pleinement dans l’activité politique, Mohamed Djemaï était à la tête d’une entreprise familiale qui active dans le commerce de la friperie et du montage d’appareils électroménagers.

Au FLN, son nom est associé à l’intrusion de l’argent sale en politique, alors qu’il l’a toujours nié. Paradoxalement, il n’a jamais été poursuivi pour cela. Il traîne un procès pour “fraude fiscale” qui date du début des années 2000. Mais le dossier a été mis dans les tiroirs.